L'actualité
Retour Accueil
 

Présentation panneau de chewing gum

21 mai 2014
Sur les secteurs ouest et nord les 14 et 16 mai 2014

Suite à la proposition du conseil amiénois de la jeunesse d'installer des panneaux pour y coller son chewing gum usager.Une présentation a été faite aux amiénois devant diverses structures pour recueillir leur avis.

C'est tout d'abord au centre loisirs Etouvie, qui à l'instar du conseil amiénois de la jeunesse a mis en place un conseil des enfants, qu'ont commencé ces présentations. Après avoir participé au test de transport fluvial (autre proposition du conseil amiénois de la jeunesse), ils ont été très intéressé par cette nouvelle proposition. L'expérience s'est poursuivie place Gambetta, au Coliseum, à la fac St Leu, à la maison de la culture, au Nautilus, à l'Atrium, au Safran, au collège Arthur Rimbaud et à l'Odyssée.

Après une première réaction un peu goguenarde des personnes ayant accepté de prendre quelques minutes pour qu'on leur présente la proposition et ses intérêts, les avis écrits ou oraux (près de 150) ont été très majoritairement positifs.

 

Les intérêts:

il suffit premièrement d'observer le sol de nos rues pour constater qu'il y a énormément de chewing gum collés au sol.

Cette proposition, au-delà d'éviter cette dégradation visible, vise deux autres objectifs:

  •  Le premier est simplement d'éviter de se coller un chewing sous la chaussure...
  • Le second est de limiter le travail du service de nettoiement sur ce problème des chewing gum. Et d'ainsi limiter la pénibilité aux agents qui peuvent être amené à les décoller un-à-un avec une spatule (un travail pénible et long que nous avons fait tester à quelques personnes lors de ces présentations), ou d'utiliser le karcher (et donc de consommer de l'eau), ou encore d'utiliser des produits coûteux et polluants. C'est donc des économies qui peuvent être réalisées (la ville de Besançon qui a testé le système a ainsi réalisé des économies). Certaines villes ont même investit dans des revêtements au sol sur lesquels les chewing gum n'adhèrent pas (encore de lourdes dépenses)...

En dernier lieu c'est aussi de l'apprentissage à la civilité (ne pas prendre la rue pour une poubelle, respecter le travail des agents de nettoiement).

Bien que les avis aient été très positifs, quelques-uns ont émis quelques réserves ou questionnements:

"ce n'est pas très hygiénique" (mais est-ce plus hygiénique au sol?);

"où seront implantés ces panneaux?",  "Il en faudrait aux arrêts de bus" (pour le conseil des jeunes l'idée était d'en implanter devant les écoles, centres de loisirs, collèges, lycées, lieux de spectacles ou de sports...);

"Seront-ils plus utilisés que les poubelles?", "N'y aura-t-il pas un effet de mode qui passera très vite?";  

"quelle sanction pour ceux qui jettent leur chewing gum?", "décoller les chewing gum au sol pourrait être un travail pour des TIG (travaux d'intérêt général);

"Il faudrait trouver un nom à ce type de panneau", "arbre à chewing gum";

"prévoir des panneaux assez bas pour les plus jeunes; "plutôt les installer sur des murs"; 

"prévoir la gestion du changement des feuilles lorsqu'elles sont pleines de chewing gum";

"Préciser sur le panneau leur intérêt, pourquoi coller son chewing gum ici?"; 

"que le consommable papier soit du recyclage, ou développer un modèle nettoyable ne nécessitant pas de consommable";

"le visuel est important, c'est lui qui attire ou pas, à adapter en fonction des lieux, voir comme dans d'autres villes pour que ce soit les enfants dans des écoles ou centres de loisirs qui créent les visuels";

"Les feuilles résistent-elles à la pluie?", "peut-être prévoir une casquette sur le panneau pour éviter la pluie";

"Sensibiliser, mettre des images chocs, image d'une place avec et sans chewing gum au sol".

 

Cette proposition pourrait aussi créer un peu de travail en confiant la fabrication de ces panneaux à une entreprise locale, c'est un point à étudier.

Merci aux structures qui ont participé à l'expérimentation, aux services de nettoiement des secteurs ouest et nord qui nous ont accompagné et aux personnes qui ont pris le temps de nous écouter et de nous faire des retours.