L'actualité
Retour Accueil

Le quartier Saint-Leu adopte le stationnement résidentiel

01 février 2016
800 places de stationnement résidentiel sont matérialisées dans le quartier Saint-Leu. Elles viennent s’ajouter aux 2 712 places réparties dans les quartiers Sainte-Anne, La Vallée, Riolan et Noyon. Entrée en service le 1er mars.

Comment conserver l’attractivité d’un quartier touristique comme Saint-Leu, tout en assurant à ses riverains la quiétude de stationner ? A cette question, la ville d’Amiens a répondu par l’instauration du stationnement résidentiel. En concertation avec le comité de quartier, un périmètre de stationnement a été défini, délimité par les boulevards Baraban et du Cange, la place Parmentier, la rue Vanmarcke et la place Vogel ainsi que les rues de la Résistance et de Déportés. Une excroissance, le square Darlington, située de l’autre côté du boulevard des déportés est inclus dans le périmètre. A noter que la rue Saint-Leu reste en stationnement payant, non résidentiel. Au total, ce sont 800 places de stationnement qui sont matérialisées et régulées par 45 horodateurs. Ces horodateurs sont les premiers à Amiens à accepter la carte bancaire. Ce mode de paiement sera progressivement étendu à l’ensemble des 130 horodateurs à partir du second semestre 2016. Le stationnement payant s’étend du lundi 13h30 au samedi 19h.

Le stationnement résidentiel du quartier Saint leu s’ajoute aux 2 712 places déjà répertoriées dans les quartiers Sainte-Anne (726), La Vallée (622), Riolan (608) et Noyon( 756). En 2015, ces quatre secteurs ont généré 192 000€ de recette pour les horodateurs et 25 000€ pour les macarons.

D’autres extensions sont programmées dans les quartiers Saint-Germain avec la rue Jean-Catelas et les rues situées à l’intérieur d’un carré formé par les boulevards Port-d’Aval et du Port et la rue du Général Leclerc. Les quartiers Saint-Pierre et Saint-Maurice suivront.

Il s’agit d’une extension rapide du stationnement résidentiel pour prévenir des gênes à venir pour les riverains avec l’arrivée des étudiants à la citadelle à qui seront proposés des solutions de stationnement à proximité

explique Pascal Rifflart, vice-président d’Amiens Métropole et conseiller municipal délégué au stationnement.

Le macaron à 1 €

Le stationnement résidentiel repose sur un principe simple : favoriser les riverains. Les automobilistes acquittent un droit de stationnement classique basé sur la durée via un ticket distribué par les horodateurs. Quant aux riverains, ils bénéficient d’un macaron à apposer sur leur pare-brise. Il leur en coûte 1€ par an pour le premier véhicule, 50 € pour le second et 100€ pour le troisième. On estime à 550 le nombre de riverains concernés. Les habitants de ce quartier peuvent retirer dès le 8 février, et ce jusqu’au 4 mars, ces macarons à la police municipale - 4 rue des Chaudronniers (se munir de la carte grise du véhicule à l’adresse du lieu de résidence et d’un justificatif de domicile de moins de 4 mois). Ce système, qui a fait ses preuves, permet d’éviter les voitures ventouses qui occupent, jusqu’à présent, des places de stationnement gratuites au grand dam des riverains et des touristes qui tournent avant de trouver un emplacement. Les services ont remarqué que le boulevard Babaran est devenu un point de rendez-vous pour le covoiturage ou les pendulaires, terme qui désigne les automobilistes qui occupent une place de stationnement pendant leurs heures de travail. Toléré jusqu’à présent, le stationnement sur les deux terre-pleins de ce boulevard est désormais interdit. En attendant la mise en service du parking Zamenhof, à proximité de l’hôpital nord, ces automobilistes peuvent se rabattre sur le parking en ouvrage « La Vallée » et bénéficier d’un tarif préférentiel de 80€ pour quatre mois.

Le stationnement résidentiel est suspendu en juillet et août.