Culture
Retour Accueil

Les animaux au quotidien

Le travail des soigneurs
 

La connaissance des animaux

Les soigneurs les connaissent si bien qu’ils sont capables de déceler le moindre changement de comportement, premier signe d’un problème de santé.

Des soins apportés en douceur

Un entrainement médical (medical training) est pratiqué quotidiennement avec certaines espèces. Ce moment privilégié de travail permet au soigneur d’habituer l’animal à recevoir des soins sans stress et sans avoir à pratiquer certaines anesthésies.

Des repas répondant aux besoins de chaque espèce

Un cuisinier leur prépare chaque jour des repas équilibré. Les menus sont établis avec les conseils d’un vétérinaire spécialiste de la faune sauvage de manière à répondre aux besoins nutritionnels de nos animaux.

Pour éviter l’ennui et la stéréotypie une partie des aliments est distribuée sous forme d’enrichissement. La nourriture est cachée dans l’enclos, dans un ballon percé, un distributeur à levier, ... Les animaux doivent par conséquent faire preuve de patience et d’ingéniosité pour attraper leurs compléments alimentaires.

Que mangent les pensionnaires du parc ?
 

Gamelle

L’alimentation des animaux du zoo doit être équilibrée et surtout adaptée à chaque espèce. Nous essayons de nous rapprocher au mieux de ce que mange l’animal en milieu naturel. Evidemment, il n’est pas possible de trouver chez nous les mêmes fruits, les mêmes insectes,…mais nous tentons alors de trouver une qualité équivalente de nourriture au sein de produits plus locaux. La nourriture ne sera pas celle que l’animal pourrait trouver dans son habitat mais l’apport en protéines, vitamines,…sera le plus proche possible.
Les rations alimentaires sont préparées par un cuisinier au service exclusif de nos animaux. Il prépare tous les matins une trentaine de rations.

Chaque jour nos pensionnaires consomment au total :

  • 20kg de granulés
  • 50kg de fruits et légumes
  • 50kg de poissons

N’ayant pas encore de gros carnivores, la consommation de viande n’est pas spectaculaire : il faut compter environ 3 ou 4 kg de viande. Il faut ajouter d’éventuels compléments vitaminés, du lait, du miel, de la gomme, du riz ou encore du pain et quelques souris, rats, lapins et criquets.

Enfin, chaque semaine nous utilisons 80 ballots de foin et 40 de paille.

Le "medical training" ou entrainement médical, qu'est-ce que c'est ?
 

Radio Otarie

Il s'agit d'une méthode qui permet d'approcher l'animal pour lui prodiguer les premiers soins sans avoir recours à l'anesthésie qui est souvent bien risquée, surtout pour de gros animaux.
Au zoo d'Amiens, le dressage médical est pratiqué avec les otaries, les éléphants et les tapirs. Il s'agit d'un renforcement positif : on demande à l'animal d'effectuer un exercice et si il est correctement réalisé, l'animal reçoit une récompense. Cette récompense est généralement de la nourriture mais passe aussi par les caresses et les paroles du soigneurs.
Le dressage médical présente différentes méthodes. A Amiens, les soigneurs animaliers des éléphants travaillent en contact protégé. Cela signifie qu'ils ne sont jamais en contact direct avec l'animal mais séparé de lui par une barrière, un fil électrique, ... : il existe toujours une barrière physique entre le soigneur et l'éléphant. Par contre, les soigneurs des otaries et des tapirs travaillent en contact direct avec leurs animaux. Ils sont directement avec les animaux, dans leur espace de vie.

D’où viennent les animaux du Zoo ?
 

Arrivée Praja

Certains animaux présentés dans le parc zoologique d’Amiens Métropole font l’objet de Plan d’Elevage Européen, ils sont donc menacés dans leur habitat naturel et le zoo participe à des programmes de reproduction en captivité. De plus, membre permanent de l’EAZA, le zoo se doit de respecter des règles d’éthique strictes. Ainsi, aujourd’hui, les animaux présentés ne sont pas prélevés dans leur milieu d’origine. Les animaux font l’objet d’échanges entre zoos, de préférence européens, mais aussi dans le monde entier.

En principe, les zoos ne décident pas seuls du parc où ira tel ou tel de leur pensionnaire.
Pour les espèces en EEP, un coordinateur européen gère les déplacements des individus d’un zoo à un autre. Pour cela, il doit tenir compte d’éléments divers et variés, aussi importants les uns que les autres (lien de parenté, taille de l’enclos,…).

Les animaux sont le plus souvent transportés en camion. Les caisses de transport suivent elles aussi des normes : de sécurité, d’hygiène, de bien-être pour l’animal,…

Au Zoo d’Amiens, Praya est arrivée début Novembre 2004 du Zoo de Prague. Elle a été accueillie par les soigneurs du Zoo d’Amiens mais également suivi pas un soigneur du zoo de Prague.