Culture
Retour Accueil

Historique

Le parc zoologique d'Amiens a déjà traversé plusieurs décennies et a renforcé au fil des années ses collections et ses missions. Afin d'en savoir plus, nous vous invitons à retracer avec nous l'histoire du zoo de 1949 à nos jours.

L'aménagement de la Petite Hôtoie
 

Ancienne entrée du parc

C’est en 1949 que la décision est prise par le Maire d’Amiens, Mr Vaast, d’aménager le site de la Petite Hotoie qui jouxte les plans d’eau de la grande Hotoie. A l’époque, le jardin de la Petite Hotoie est à l’abandon. Faute de moyens au lendemain de la guerre, il n’est plus entretenu et la nature reprend lentement ses droits.
Inspirée par les idées d'aménagements des zoos de Bales, Mulhouse, Anvers et Zurich, la mairie ordonne progressivement la végétation du parc, aménage les allées et drague la rivière. Cette promenade va ensuite être agrémentée par la présentation d’animaux, principalement prêtés par le parc de Clères et le zoo de Vincennes.

L'inauguration du jardin zoologique
 

Inauguration

Le jardin zoologique de la Petite Hotoie est ouvert en mai 1952 à l’occasion de la foire commerciale de Picardie. Bien que la collection de l’époque soit assez maigre - on parle d’ours et de rapaces - la presse le compare aux zoos de grande renommée de l’époque, à savoir : les zoos de Strasbourg, Lyon ou Mulhouse.
Une des grandes attractions reste la promenade en chameau !

La liste des pensionnaires du zoo à ses débuts
 

Zoo en 1955- photographie sépia

En 1960, le zoo compte sur la liste de ses pensionnaires : lion, tigre, guépard, puma, panthère, hyène, loup, chacal, renard de Sibérie, ours brun, ours baribal, ours malais, ours polaire, fourmilier, hamadryas, babouin, mandrill, gibbon, cercopithèque, macaque, chimpanzé, girafe, phoque (un exemplaire capturé dans l’embouchure de la Somme… ), aigle royal, caracara, vautour royal, grand duc, nandou, autruche, ara, amazone, cacatoès, flamant de Cuba, grue antigone, grue couronnée, grue demoiselle, cormoran d’Amérique, cigogne noire, pélican gris, marabout, yak, dromadaire, lama, thar, cerfs sika, nilgaut, renne, daim ainsi que quelques reptiles : varan, python, et crocodile.
Par ailleurs, la ménagerie du cirque de N. Rancy, dont les éléphants prennent leurs quartiers d’été à Amiens enrichit encore les collections.

Le programme de rénovation des années 1970
 

Houlé

Début des années 70, un programme de rénovation est mis en place :

  • Construction d’une singerie en 1971 où sera présenté un couple de chimpanzés
  • Construction d’une fauverie en 1972 où seront présentés un tigre, un couple d’ours baribal, trois lions, une panthère noire, deux panthères mouchetées et un couple de guépards
  • Construction de l’éléphanterie en 1973 où est présentée "Sandrine", née en novembre 1970 en Thaïlande. Une deuxième femelle, "Laxmy", provenant du cirque Jean Richard, sera présentée pendant quelques années avec "Sandrine" mais rejoindra fin des années 80, le zoo de Romanèche-Torin où elle réside encore à ce jour.
  • Rénovation de la giraferie en 1973 où étaient présentés "Houlé" et "Pauline". Ce couple donnera naissance à "Landry" en 1974.

Trois autres girafons, ("Germain", "Raoûl" et "Jo") verront le jour à Amiens jusqu’à la disparition de cette espèce du parc en 1990.

Après ces travaux de rénovation, le Parc zoologique héberge environ quatre-vingts espèces différentes représentant deux cent cinquante animaux.

Pavillon bleu

En 1973, le jardin zoologique devient le parc zoologique municipal en raison de l'importance grandissante prise par les collections animalières comme support pédagogique de l'enseignement des Sciences naturelles.
C’est cette même année qu’est créée la Convention de Washington qui contrôle le commerce international des espèces menacées de disparition, elle sera ratifiée par la France en 1978.
En 1974, la campagne anti-zoo éclate suite à la découverte d'un charnier d'animaux dans les locaux de Tropicanim de Meaux. Les directeurs des zoos prennent conscience de leur erreur d'avoir privilégié l'image du zoo comme centre récréatif. Les zoos doivent évoluer et remplir leur rôle en matière d'éducation, de conservation et de recherche.
Parallèlement, la loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature et son arrêté du 21 août 1978 relatif aux règles de fonctionnement des établissements présentant des animaux au public renforcent les mesures de contrôle des parcs zoologiques.
Mais alors que d’autres zoos prennent leur essor dans ce contexte où la responsabilité des parcs zoologiques en matière d’éducation et de conservation est reconnue, les moyens du parc zoologique de la Hotoie restent limités et les installations deviennent vétustes.
Pourtant, en 1982, le parc zoologique crée l'un des premiers services pédagogiques de France.

Les années 1990
 

Construction du bassin des Otaries dans les années 1990

Au début des années 90, le zoo compte toujours quelque 250 animaux représentant plus de 80 espèces différentes, parmi lesquelles des espèces menacées d’extinction dans la nature comme la panthère de l’Amour ou le lion d’Asie.

En 1995, la ville décide d’investir quelque dix millions de francs dans un projet de rénovation du parc zoologique. L'accent sera mis sur l’exploitation du cadre agréable de la Hotoie, avec ses arbres centenaires et ses cours d’eau ramifiés et sur la pédagogie par la création d’un parcours.

En 1998, le parc sera fermé pour une période d’un an et demi afin d’entamer une seconde phase de rénovation. La fauverie est rasée pour faire place à un nouveau bâtiment, celui de l'actuel accueil. Le bassin du phoque est détruit pour faire place au rocher des manchots ; un nouveau bassin de 1200 m3 est creusé devant l’ancienne giraferie pour accueillir les otaries et quatre îles sont aménagées autour d’un bâtiment central pour présenter des primates.
L’ensemble du zoo qui s’étend sur six hectares a été refondu en 16 zones distinctes. Le parcours est agrémenté de panneaux pédagogiques sensibilisant le public à la préservation de la nature. Près de quatre cents animaux appartenant à quatre-vingt dix espèces différentes y sont présentés.
Le parc zoologique d’Amiens rénové est inauguré par le maire, Gilles de Robien le 23 juin 1999. A la réouverture, le parc est très semblable à celui d’aujourd’hui, tourné vers la protection de l’environnement et le développement durable.


Les années 2000
 

Plaquette du zoo en 2004

En septembre 2001, le parc devient membre de l'EAZA et en mai 2002, membre de l'AFdPZ.
Juillet 2003 : la rénovation du parc se termine avec le retour de deux éléphants dans un enclos entièrement revu.

Depuis, le parc zoologique poursuit son aventure :
- Développer de nouveaux projets d'aménagements et d'enclos destinés à améliorer les conditions d'accueil du public et enrichir la collection animale.
- Poursuivre son action pédagogique et culturelle par une programmation variant les approches.
- Renforcer les collaborations et les liens internationaux.

Les dates clefs
 

1882

Ouverture du jardin Botanique de la petite Hotoie.

1949

Le site de la petite Hotoie sera un parc zoologique. Monsieur VAAST, maire d'Amiens , décide de créer des allées et de draguer les rivières.

Mai 1952

Ouverture du parc zoologique lors de la foire commerciale de Picardie. C'est grâce au prêt d'animaux des zoos de Clères et de Vincennes que le parc crée sa propre collection.

1971

Extension du zoo avec l’arrivée de l’éléphante Sandrine

1974

Naissance du 1er girafon sur le sol français

1982

Ouverture du 2ème service pédagogique en France

1998-99

Rénovation du zoo. Le maintien du bien-être des animaux devient la priorité du parc zoologique et de la municipalité. Départ des félins et des girafes.

Septembre 2001

Le zoo d'Amiens s'inscrit dans le réseau européen en devenant membre de l'EAZA (association Européenne des zoos et aquariums). Départ de l’éléphante Sandrine.

Septembre 2003

Le parc est membre de la CEPA (Conservation des Espèces Animales) et soutient des projets de conservation en milieu naturel. Retour des éléphants dans une structure agrandie et rénovée.

Juillet 2006

Retour des félins avec l'arrivée d'un jeune mâle ocelot qui sera rejoint par une femelle l'année suivante.

2010

Démarrage du projet « Tangkoko conservation education », pour la protection in situ des macaques à crête noire à Sulawesi.

2012

Le parc fête ses 60 ans. Il dépasse les 150 000 visiteurs annuels. Cette année est aussi marquée par une extension du parc (enclos des zèbres, grues demoiselle et sangliers des Visayas)

2016

Elaboration d’un programme pour le projet de rénovation et d’agrandissement du parc zoologique. La collection animale s’articule autour d’espèces en programme internationaux d’élevage (EEP ou ESB), menacées dans leur milieu naturel.