Santé
Retour Accueil

Ce qu'il faut savoir

Des études sont en cours pour connaître le risque potentiel des portables sur la santé sur le long terme. A côté de cela, les usagers doivent également se renseigner sur les valeurs limites d'exposition ou encore le débit d'absorption spécifique.

66 millions de consommateurs
 

Au mois de juin 2011

Selon l'autorité de régulation des télécoms (l’ARCEP ou Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes), la France comptait près de 66 millions d’abonnés (nombre de cartes SIM en service). Il était moitié moins en juin 2001.

L'utilisation des autres appareils nomades

A l’engouement incontestable pour le téléphone mobile est venue s’ajouter l’utilisation de nouveaux appareils (les clés 3G et les tablettes) utilisant les mêmes réseaux: plus de 5,3 millions de cartes ne permettent pas de téléphoner.

Chaque utilisateur souhaite pouvoir utiliser dans des conditions optimales pour l’un son téléphone pour l’autre sa tablette

Téléphonie mobile et Santé
 

Les études actuelles

Un grand nombre d’études ont été menées au cours des deux dernières décennies pour déterminer si les téléphones portables représentent un risque potentiel pour la santé. À ce jour, il n’a jamais été établi que le téléphone portable peut être à l’origine d’un effet nocif pour la santé.

La catégorisation du téléphone portable par l'OMS

Cependant de nombreuses interrogations ont amené en mai 2011 l’Organisation Mondiale de la Santé à classer en catégorie 2B à savoir “peut être cancérogène pour l’homme” chez les utilisateurs “intensifs” de téléphones mobiles. A noter que se trouvent dans cette même classification les vapeurs d'essence, la laine de verre.

Les études sur le long terme

Des études visant à évaluer plus complètement les effets potentiels à long terme de l’utilisation des téléphones portables sont actuellement en cours. L’OMS procède à une évaluation formelle du risque pour tous les effets sur la santé dus à une exposition à des champs de radiofréquences.

Les valeurs limites d'exposition du public
 

Les niveaux de champs électriques se mesurent en volts par mètre (V/m). Le décret du 3 mai 2002, transposant la recommandation 1999/519/CE du Parlement européen, a  fixé les valeurs limites d'exposition du public, en particulier pour la téléphonie mobile :

  • 41 V/m (GSM 900)
  • 58 V/m (GSM 1800)
  • 61 V/m (UMTS)

D'autres valeurs limites sont également fixées

  • 28 V/m (radiofréquence FM)
  • 61 V/m (wifi et fours micro-ondes)
  • Etc.

Le débit d'absorption spécifique
 

Le "débit d'absorption spécifique" de l'énergie (DAS) est le débit avec lequel l'énergie produite par un équipement est absorbée par une unité de masse du tissu du corps et exprimée en watts par kilogramme (W/kg), mesuré sur l'ensemble du corps ou sur une de ses parties" (Code des postes et des communications électroniques)

Dans le cas des téléphones mobiles, des oreillettes Bluetooth, des téléphones sans fil de maison..., le DAS mesuré correspond à une utilisation à l’oreille, et donc à l’énergie absorbée dans la tête.  Le DAS doit être inférieur à 2 W/kg. Il doit figurer obligatoirement sur la notice de l'appareil. Lors de son achat des vendeurs doivent être en mesure de l'indiquer.