Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Biannuelle, élargie au centre-ville : la grande réderie d’Amiens continue de grossir. Et d’attirer des gens de tous les horizons. 3 000 exposants donnent rendez-vous le 6 octobre. 

Grande réderie, grand attrait 1 © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

02.10.2019

JDA 924

La braderie à Lille, la brocante ou le vide-greniers ailleurs. Et la réderie ici. Dans tous les cas, le principe est le même. Et pas nouveau. « Ça a commencé après-guerre comme une réderie de quartier, raconte Jacques Lietaer, pilier de l’événement depuis 1972. Aujourd’hui, on la réclame, cette réderie. » À l’abri dans le chalet d’inscriptions au pied du beffroi (lire ci-dessous), l’ancien président de l’Association des commerçants du quartier des Halles (ACQH) a vu la manifestation grandir. Pour atteindre les 2 000 exposants dans une cinquantaine de rues. La grande réderie se déroule désormais deux fois par an : au printemps et à l’automne.

 

QUESTION D’ATMOSPHÈRE

Elle s’est dédoublée il y a neuf ans avec l’extension du périmètre via la Fédération des associations de commerçants du centre-ville d’Amiens. Cette dernière gère une vingtaine de rues. Soit environ un millier d’exposants. « C’est devenu aussi grand que Lille : il y a des visiteurs jusqu’à la fin et les commerces en profitent », résume Isabelle Dheilly, de la Fédération. « La réderie représente une énorme publicité pour la ville », confirme Jacques Lietaer. Parmi les 80 000 visiteurs estimés, certains préfèrent loger chez l’habitant. C’est le cas de Franck et Jeannine, qui troquent chaque année les vignobles bordelais pour les champs picards. « Nous venons voir notre famille, mais aussi la réderie, témoignent-ils. L'atmosphère bon enfant nous plaît. » Oreilles grandes ouvertes et sourires aux lèvres, pour eux, « les conversations entre vendeurs et acheteurs n’ont pas de prix ». Collectionneurs, ils viennent tôt, pour « faire de bonnes affaires ». Et ça fait longtemps que ça dure...

//Jean-Christophe Fouquet

 

Solidarité au chalet

« J’en suis déjà à 800 coups de fil ! » Geneviève Duchaussoy fait partie des bénévoles qui gèrent les inscriptions à la grande réderie, dans
 le chalet du beffroi. Malgré son sweat aux couleurs de l’ACQH, elle est là au titre de secrétaire du comité d’entraide personnes âgées du quartier Saint-Jacques / Saint-Germain. « Nous les aidons et ils nous reversent une somme », pose celle qui apprécie le contact humain.

Grande réderie, grand attrait 2 © Jean-Christophe Fouquet

© Jean-Christophe Fouquet