Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Alsacien comme Régis Gurtner, Matthieu Dreyer devrait encore être aligné dans les buts amiénois en coupe de la ligue ce 8 janvier à Lille.

L’autre porte d’Alsace © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

08.01.2020

JDA 924

Il a crevé l’écran à Rennes le 4 janvier en Coupe de France malgré l’élimination aux tirs au but, après avoir permis à l’ASC de garder ses cages inviolées : une première depuis le 2 novembre. Matthieu Dreyer, 30 ans, exerce l’un des métiers les plus durs du foot français : être la doublure de Régis Gurtner, gardien remarqué et titulaire d’Amiens depuis l’été 2015. Un duo 100 % alsacien avec un premier rôle et un second. «Moi, je bosse pour être prêt si jamais le numéro 1 a un pépin ou si on fait appel à moi », résume Matthieu, aligné en Coupe de France et en Coupe de la Ligue. Sans frustration. Sans jamais se départir de sa bonne humeur ni de sa franchise, comme lorsqu’il a rappelé à ses dirigeants qu’il attendait toujours sa prolongation de contrat… C’était juste avant de briller à Rennes.

 

COMPLICITÉ AVEC RÉGIS
« C’est un garçon intelligent, posé, loue Olivier Lagarde, l’ancien entraîneur des gardiens à l’ASC. Quand nous l’avions fait venir en 2018, il connaissait son statut de numéro 2. Par son état d’esprit, c’est la doublure idéale et la plus complémentaire de Régis. » À Rennes, juste avant la séance fatale des tirs au but, c’est Gurtner qui, le premier, est venu le féliciter de sa prestation. Les deux sont complices. « C’est une équipe, poursuit Lagarde. Si Régis a fait d’aussi bonnes performances, il le doit aussi à Matthieu. » Autre bienfait : la stabilité. Tant mieux, dans un marché des transferts encore sage, le départ à Nice de l’expérimenté entraîneur des gardiens Nicolas Dehon (ex-PSG et Marseille, remplacé par Olivier Blondel déjà au club) fait causer. Rien à redire, en revanche, sur l’attitude de Matthieu Dreyer. 

//Antoine Caux

Amiens / Montpellier, le 11 janvier, à 20h
Amiens / Reims, le 15 janvier, à 19h
Stade de La Licorne
20e et 16e journées (match en retard) de Ligue 1

 

Les guerriers doivent défendre la famille »

Lors de ses voeux présentés le 6 janvier, le président de l’ASC Bernard Joannin a tenu un discours vif vis-à-vis de ses joueurs, les appelant à « aller au-delà de leurs forces ». Amiens aborde 2020 à la place de barragiste (18e) : « La famille est en danger, le foot ne pardonne pas, gardons cette humilité, demain sera plus dur qu’hier ».