Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La moitié de l’équipe du Jardin des plantes rejoindra début 2021 un nouveau site de production,
 à Marivaux. Une modernisation de l’outil de travail attendue par ces agents qui fleurissent la ville. 

Le Jardin des plantes change de pot  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole
Des boutures de salvia guaranitica black and bloom en plein rempotage dans la serre hollandaise promise à destruction après le déménagement.
© Laurent Rousselin / Amiens Métropole

16.12.2020

JDA 966

Ils sont jeunes, enthousiastes et affairés. Un après-midi de décembre (2020, ça se voit aux masques), Alexia, Claire, Delphine et Raphaël rempotent des boutures « d’un pot de neuf centimètres de diamètre à un pot de douze pour qu’elles puissent se développer ». C’est l’une des nombreuses manipulations – il peut y en avoir jusqu’à six – qui jalonnent la vie des végétaux produits au Jardin des plantes. Du moins pour l’instant. Début 2021, la totalité de la production quittera ce bout de Saint-Maurice cerclé de canaux. Direction Marivaux, où de nouvelles serres sont sorties de terre près de la pépinière rattachée au Jardin des plantes (lire ci-dessous).

 

PINCEMENT AU CŒUR

Une vingtaine d’agents de l’équipe de production, sur la quarantaine que compte le service, va rejoindre le nouveau site. Le Jardin des plantes, remanié, se concentrera alors sur les collections et la pédagogie. Un pincement au cœur ? « Oh oui ! », répondent les jeunes, contents néanmoins de ne plus « avoir à traverser tout le Jardin à chaque fois » ou « s’empierger dans les tuyaux d’arrosage au sol ». Christine, trente-cinq ans de maison, va notamment regretter « le contact avec le public » et... la chatte Huguette, qu’elle a recueillie il y a huit ans et qui est devenue la mascotte des lieux. Mais, entre deux préparations pour la rotation bimensuelle des plantes déposées dans les mairies de secteur (cette fois-là, des orchidées), elle positive : « Ce sera beaucoup plus fonctionnel et moins usant physiquement. Et puis ça fait du bien de changer ! ».

 

PRODUCTION QUINTUPLÉE

Pour les agents, c’est surtout le contenu qui compte. Les plantes avant tout : « Se promener en ville et se dire : “Tiens, ce sont les fleurs que l’on a cultivées”, c’est gratifiant », confient les nouvelles recrues. Une fierté qui devrait encore s’accroître avec la montée en force de la production sur le nouveau site. Le Jardin des plantes livre chaque année environ 300 000 végétaux. Il pourra désormais en produire... 1,5 million.

//Jean-Christophe Fouquet

 

Écologique et ergonomique

« Avec ce site, nous aurions pu fournir les gros projets d’aménagement comme les lignes de bus à haut niveau de service ou la refonte du zoo », illustre Hubert Desmarest,
 qui a suivi la construction, entamée en janvier dernier, de 5 000 m2 de serres, 1 000 m2 
de hall technique et autant de hangar horticole – où se trouvent les locaux du personnel (vestiaires, bureaux et tisanerie). La pépinière municipale de trois hectares de culture de pleine terre, était déjà sur place depuis des années. À Marivaux, fini le fioul qui alimentait encore certaines serres de l’ancien site. Ici, le raccord au réseau de chaleur s’achève en janvier. Et l’eau est en circuit fermé : « Nous pouvons stocker
 600 m3 de pluie et avons foré pour ne pas prendre d’eau sur le réseau ». Le basculement de la production dans ces serres conçues à 100 % par les équipes d'Amiens et d'Amiens Métropole (dont l’architecte Agathe Pouderoux) pour notamment optimiser les trajets et réduire les manipulations, est prévu en février.