Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Dans une Licorne à huis clos, l’ASC peut-il confirmer face à Angers le 14 mars la belle attitude affichée à Marseille où il a arraché le nul ?

Que l’espoir ne sonne pas creux © Laurent Rousselin - Amiens Métropole
Amiens / Angers sans spectateurs. Conséquence de l’interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes : les matchs de Ligue 1 se disputeront à huis clos jusqu’au 15 avril.
© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

11.03.2020

JDA 941

Dix journées de championnat. C’est beaucoup et peu à la fois. C’est le temps qui va s’écouler avant l’épilogue de la Ligue 1 version 2019/2020. Que restera-t-il fin mai, si la précaution autour du coronavirus se limite aux matchs à huis clos, de ces feux d’artifice face au PSG (4-4), Lyon (2-2) et au Vélodrome de Marseille, théâtre du dernier exploit amiénois où la bande de Guirassy, déjà vainqueur de l’OM à l’aller (3-1), a arraché le nul (2-2) cette fois ? Capable des pires purges face aux  adversaires de son rang (les Metz, Dijon, Toulouse…), là où le maintien se gagne, cet ASC-là se dépasse dans les matchs à paillettes, brouillant les analyses et enfilant au regard rapide et parcimonieux des consultants télé le costume un peu trompeur d’équipe joueuse.

 

DÉCLIC ?
Car sa performance à Marseille n’a pas enrayé la série de seize matchs sans victoire ni empêché le premier relégable de s’échapper encore (Saint-Étienne, 17e, est à sept points). Mais c’est un point de pris sur Nîmes, barragiste, à quatre unités devant. « Le point de l’espoir », y a vu le bouillonnant vice-président Luigi Mulazzi au micro de France Bleu Picardie. Les attitudes ont plu, celles d’une équipe rageuse, soudée, transcendée à l’image de ce tête contre tête de bonheur entre Ghoddos et Guirassy sur l’égalisation. De quoi croire à un déclic ? Chat échaudé craint l’eau froide. Même vide, La Licorne sait que ce point marseillais ne vaudra pas grand-chose si Amiens retombe dans ses travers face à Angers. Il y aura moins de strass. Personne pour applaudir ou huer. Mais ces points-là ont le même prix. Celui du milliard d’euros de droits télé que se partageront les équipes qui resteront en Ligue 1.

//Antoine Caux

 

Amiens / Angers

Le 14 mars, à 20h
À La Licorne, à huis clos
29e journée de Ligue 1