Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Les Larmes de couleur, de Jean-Michel Othoniel, œuvre publique trônant devant le collège Arthur-Rimbaud depuis 2007, a été démontée le 8 décembre pour assurer sa restauration. 

Sécher des larmes  © Sébastien Coquille / Amiens Métropole

16.12.2020

JDA 966

Agitation avenue de La Paix ce mardi 8 décembre sur le parvis faisant face au collège Arthur-Rimbaud. Camions, engin d’élévation, hommes en baudrier, équipes du Musée de Picardie et du Studio Othoniel sont affairés autour des Larmes de couleur, l’œuvre de Jean-Michel Othoniel imaginée avec des collégiens et inspirée du poème Voyelles d’Arthur Rimbaud. Objectif : démonter cette sculpture, commande publique d’Amiens Métropole, pour lui rendre son éclat progressivement dégradé depuis son installation en décembre 2007.

 

LIQUIDE ALTÉRÉ

Dans l’aquarium de 1,5 tonne, qui repose sur quatre piliers en aluminium façonnés, flottaient à l’origine des symboles en verre soufflés de Murano suspendus dans 2 860 litres de paraffine. « C’est notamment le liquide qui s’est altéré, remarque Laure Dalon, la directrice des Musées d’Amiens Métropole. La flottaison des éléments – étoile, soleil, cœur, croix... – n’était plus assurée. » Variation de chaleur et exposition à la lumière ont-ils détérioré la composition chimique du liquide ? « Nous allons mener une réflexion sur sa restauration avec le Musée de Picardie. L’artiste est très attaché à cette œuvre », ajoute Thomas Patrix, directeur du Studio Othoniel. Pour qu’enfin le parvis retrouve ses couleurs.

//Ingrid Lemaire