Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

À Saint-Leu, des logements ravivent un bout du vieil Amiens

D'ici 2024, une vaste friche cerclée de canaux va reprendre vie à Saint-Leu, quartier historique d'Amiens, grâce à des logements étudiants et de l'accession à la propriété. Des bâtiments industriels et les restes d'une église seront conservés.

Ilôt Benoit - Rues de Mai et des Minimes - Amiens © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

21.04.2021

En remontant la rue Saint-Leu, au cœur d'un quartier dont les canaux ont fait la fortune de la ville au Moyen-Âge, une cheminée de briques de 32 mètres de haut se détache du ciel, juste avant le moulin Passe-avant. Un reliquat de la révolution industrielle dûment inscrit aux monuments historiques, tout comme les vestiges de l'église Saint-Sulpice. Inutilisés depuis quinze ans, ces 6 000 m2 entourés par par les rues de Mai, des Minimes, Dallery et des Clairons, ont été rachetés par des promoteurs aux anciens propriétaires privés en vue d'y créer des logements.

Ilôt Benoit - Façade Canal des clairons 1 - Amiens © © Atelier d'architecture Garnier Ilôt Benoit - Façade Canal des clairons 2 - Amiens © © Atelier d'architecture Garnier

© Atelier d'architecture Garnier

 

Un chantier contraignant mais passionnant

Après présentation du programme au comité de quartier Saint-Leu (mais sans réunion publique, contexte sanitaire oblige), le permis de construire doit être déposé sous peu. « L'avenir de ces lieux chargés d'histoire suscite un fort intérêt », constate Annie Verrier, adjointe au maire d'Amiens déléguée à l'urbanisme. Sauf changement de braquet, les premiers coups de pioches y sont attendus « en décembre ou en janvier, et ce sera alors parti pour environ deux ans », espère l'architecte Jean-Noël Garnier, qui vient de passer plus de trois ans sur ce projet « passionnant mais plein de contraintes ». Notamment la proximité des canaux, l'harmonisation avec les différents bâtis avoisinants et, bien sûr, la conservation du patrimoine.

 

Un patrimoine à valoriser

« C'est un très beau site, mais il est en danger. Il faut agir vite », presse l'architecte. Les grands locaux de la vinaigrerie Brûlé, qui donnent sur le canal des Clairons, vont ainsi être préservés et réaménagés « dans leur composition originale ». De l'église Saint-Sulpice, dont les traces se perçoivent rue Saint-Leu, il s'agit de sauver tout ce qu'il reste. La cheminée de la rue des Minimes doit, quant à elle, être « remise en état, et peut-être recerclée ». Enfin, à l'angle des rues Dallery et des Clairons, des façades représentatives du passé industriel vont être intégrées aux nouvelles constructions.

Ilôt Benoit - Rue des Clairons - Amiens © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

Ilôt Benoit - Rue Saint-Leu - Amiens © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

 

Un ensemble hétérogène de 194 logements

Une fois achevée la dépollution du site, qui doit être totale et implique un tour de force technique, l'avenir prendra le relais. À l'ouest et au nord-ouest, l'église et la vinaigrerie constitueront une partie d'un ensemble de cent logements étudiants – à deux pas de la citadelle universitaire. Sur les parties sud (rues de Mai et des Minimes) et est (rue Dallery), il s'agira de 83 logements collectifs en accession à la propriété, « plus hauts car en vis-à-vis avec les constructions universitaires », souligne Jean-Noël Garnier. Enfin, sur la partie nord, le long du canal des Clairons (qui va au passage se libérer des constructions qui le couvrent partiellement), onze logements individuels avec jardinets sont prévus. Également en accession, ils évoqueront les amiénoises typiques de Saint-Leu : couleurs vives et bardage.

 

Une allée piétonne et un parking souterrain

106 places de stationnement accessibles via la rue Saint-Leu trouveront leur place en sous-sol. Car il s'agit, comme l'exprime Annie Verrier, « de répondre aux besoins des familles avec enfants ». Une nouvelle voie piétonne, prolongée par une passerelle enjambant le canal des Clairons, doit également voir le jour à mi-longueur, sur un axe nord-sud. Ce projet qui a évolué au fil des ans se veut « respectueux de l'esprit du quartier », poursuit l'élue. D'où un dialogue entre l'architecture industrielle, la richesse patrimoniale (des motifs de waide, l'or bleu d'Amiens, orneront une partie des revêtements) et l'amiénoise traditionnelle. Objectif poursuivi par la collectivité, qui scrute attentivement ce dossier : « Faire en sorte que les Amiénois s'y sentent bien ». Et que cette portion de ville se tourne vers le futur sans oublier son passé.

 

// Jean-Christophe Fouquet