Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

L’ASC ambitionne de devenir le premier club “zéro déchet” en réduisant  drastiquement la quantité de détritus non recyclables émis au stade les soirs de match et au quotidien.

ASC : 1, déchets : 0 © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

22.01.2020

JDA 936

Il y a encore du déchet dans le jeu des Amiénois, 18es de Ligue 1 et sans victoire depuis le 2 novembre. Mais il y a de moins en moins de déchets dans les tribunes de La Licorne. L’Amiens SC s’est lancé comme défi d’être le premier club “zéro déchet”. Aux manettes : le virevoltant Eric Schietequatte, le monsieur animation de l’ASC qui, en septembre, a eu le feu vert et carte blanche de Luigi Mulazzi, le vice-président du club. Le comédien humoriste, plus connu sous le nom de Chitcatt, en connaît un rayon, lui qui a écumé les routes de France avec un spectacle écolo joué notamment durant la Cop 21 à Paris.

 

FINI LES 4 000 GOBELETS
Parmi les premières mesures, les écocups réutilisables à l’effigie des joueurs ont déjà remplacé les 4 000 gobelets jetés à la poubelle chaque soir de match. «Au début, les gens en prenaient un nouveau à chaque fois pour les collectionner. Depuis, ils reviennent avec », constate Chitcatt. Dans les loges, où 1 200 repas sont servis après les rencontres, nappes, serviettes et contenants à usage unique ont aussi été supprimés.

 

LES JOUEURS TRÈS CONCERNÉS
Chitcatt trie, pèse avec une balance XXL, sensibilise les équipes dans les buvettes et fait les comptes après les matchs : « Un spectateur génère encore 170 grammes de déchets non recyclables ». Avec le soutien d’Amiens Métropole, il a déjà changé la donne : la part de canettes en métal et de bouteilles en plastique à envoyer au tri a grimpé de 9 à 39 kg. Le carton atteint les 193 kg tandis que la quantité d’ordures ménagères continue de baisser de plus de 100 kg par match. Un immense composteur devrait débarquer à La Licorne pour récupérer les restes de repas et les tontes des terrains. « Tout le monde est concerné », scande Chitcatt. Dans sa chasse au gaspi, il conseille aux spectateurs de venir avec leur sandwich emballé dans du Sopalin (compostable) plutôt que dans de l’aluminium.Et va éradiquer les bouteilles en plastique pour l’ensemble du club (des joueurs de moins de 6 ans aux professionnels) au profit de gourdes remplies d’eau du robinet. « Personne n’a fermé la porte. Les joueurs sont même très concernés. Pas un ne m’a dit : “Chichi tu fais ch…” »

//Antoine Caux