Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La signature de la convention NPNRU, Nouveau programme national de rénovation urbaine, s’est déroulée ce jeudi 10 octobre au Quai de l’Innovation.

Amiens mise sur la mixité urbaine avec l’ANRU © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

10.10.2019

Pendant la journée consacrée aux Rencontres de la Politique de Ville, en présence de l’ensemble des partenaires (*) de cette vaste opération de rénovation urbaine à l’échelle de l’agglomération ainsi que de François Lamy, ancien ministre délégué à la Politique de la Ville qui a porté cette loi en 2014.

Au niveau national, sur la période 2014-2024, le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) est doté de dix milliards d’euros. Il vise à requalifier durablement les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) en priorisant ceux dont les dysfonctionnements urbains sont les plus importants. 

Complétant les contrats de ville, le NPNRU soutient les projets urbains des collectivités portant sur 216 quartiers d’intérêt national et 264 QPV d’intérêt régional.

Ce nouveau programme a bénéficié d’une accélération importante ces derniers mois. Entre mai 2018 et mai 2019, l’ANRU et ses partenaires ont approuvé 251 projets de renouvellement urbain. Six milliards d’euros sont ainsi mis à disposition des collectivités territoriales et des bailleurs sociaux pour engager les chantiers de transformation de ces quartiers. Ces projets vont conduire à l’investissement de 20 milliards d’euros sur ces territoires, tous financeurs confondus.

Sur Amiens les deux quartiers prioritaires de la politique de la ville, Amiens Nord et Etouvie ont été retenus par l’ANRU comme projet d’intérêt national ; le quartier prioritaire Pierre-Rollin, d’intérêt régional. Le nouveau programme de renouvellement urbain, porté par Amiens Métropole traduit l’ambition forte en matière d’attractivité et mixité sociale pour chacun de ces trois quartiers.

Sur un montant total de 362 M€, les concours financiers de l’ANRU et de ses partenaires vont permettre:

  • De construire ou restructurer 7 équipements structurants et 3 polarités commerciales
  • De construire 256 logements en accession à la propriété,
  • De démolir 796 logements (dont 516 sur les Quartiers Nords, 48 sur Pierre-Rollin, 232 sur Etouvie),
  • De construire 398 logements locatifs sociaux (dont 60% de PLAI) : 316 hors QPV et 82 en QPV,
  • De réhabiliter 1 631 logements,
  • De résidentialiser 720 logements (aménagement de pied d’immeuble)

 

Les enjeux identifiés dans le cadre du NPNRU rentrent en résonnance avec les orientations stratégiques du Contrat de Ville qui vise à réduire durablement les écarts entre les quartiers prioritaires et le reste de l’Agglomération, en faisant le pari de la mixité sociale. Sauf exception, négociée avec l’ANRU, il n’est plus possible de reconstruire des logements sociaux démolis dans les quartiers prioritaires et doivent être répartis, à hauteur de 30%, dans les zones d’aménagement concertés (ZAC). « Bien plus qu’un simple replâtrage de bâtiments auquel certains nous y exhortaient, et, notre projet porte une vision à long terme pour le renouveau de ces secteurs, Alain Gest, Président d’Amiens Métropole »

Quatre axes stratégiques guideront le projet d’Amiens Métropole jusqu’en 2024 :

  • Renforcer l’attractivité et poursuivre le désenclavement des quartiers prioritaires,
  • Déployer une stratégie de diversification ambitieuse dans les quartiers,
  • Améliorer significativement la qualité de vie des habitants,
  • Promouvoir une nouvelle image des quartiers prioritaires afin d’opérer une transformation dans la durée.

La Communauté d’agglomération d’Amiens Métropole et la Ville d’Amiens  ont désormais pour mission de mettre en œuvre le projet de renouvellement urbain sur les trois quartiers bénéficiaires. L’ambition est d’améliorer le cadre de vie, les conditions d’habitat et le niveau des équipements publics, de redynamiser les quartiers, de les rendre plus attractifs.

Le projet de renouvellement urbain comporte une dimension sociale et économique forte : en développement l’activité sur le quartier, en confortant l’offre commerciale et en permettant aux habitants de trouver ou de retrouver un emploi.

Ce projet de renouvellement urbain cadre avec le Contrat de Ville qui depuis 4 ans permet de dégager les priorités en relations avec le tissu associatif et les partenaires économiques, (8 M€ par an pour financer les appels à projet), ainsi que la labellisation « Cité éducative » qui sont pour Brigitte Fouré, Maire d’Amiens «  autant de signes forts envers les habitants afin de faire de l’éducation un terrain d’excellence mais également de transformer durablement notre environnement (…) Je suis convaincue qu’il y a un vrai potentiel de créations d’activités dans les quartiers pour peu que nous continuions toutes et tous à en faire un priorité absolue »

 

(*)L’Agence nationale pour la rénovation urbaine, désignée ci-après « l’Agence » ou « l’ANRU », représentée par son Directeur général, ou par délégation, par son Délégué territorial dans le département,

L’État, représenté par la Préfète de département et responsable de la mise en œuvre du renouvellement urbain dans le département,

La communauté d’agglomération Amiens Métropole représentée par son Président, ci-après désignée « le porteur de projet »,

La commune d’Amiens représentée par son Maire,

Les maîtres d’ouvrage des opérations programmées dans la présente convention

- l’OPH d’Amiens Métropole

- la Société Immobilière Picarde

- Clésence (groupe Action Logement)

- La coopérative Toit Aussi

- l’Epareca (établissement public)

- le Conseil départemental de la Somme représenté par son Président,

- Association Foncière Logement,

- Action Logement Services,

- La Caisse des Dépôts et consignations,

- L’Agence nationale de l’habitat (Anah), représentée par son Délégué territorial,

- La Région Hauts-de-France, représentée par son Président,