Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Bleu de Cocagne, qui fait revivre sur le site historique de Cosserat la glorieuse et innovante histoire du velours à Amiens, recueille toutes archives sur les manufactures textiles de la Somme. 

Appel aux archives
 pour retisser la mémoire  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

09.09.2020

JDA 954

Avant de recevoir des visiteurs venus de Pontarlier pour admirer la cathédrale, les hortillonnages et... l’usine Cosserat, Yves Benoît (photo) nous sort d’un carton une jupe en velours violet de fin 1990 et cette veste bariolée à l’origine destinée aux stylistes Marithé et François Girbaud. C’est le dernier don reçu par le président de l’association Bleu de Cocagne. Au cœur de ce palais industriel de briques, de verres et de treize hectares dans le quartier Montières, qui fut à partir de 1856 l’épicentre économique de la ville, l’association retisse le fil rouge de l’histoire amiénoise : des innovations mondiales, un savoir unique et près de 30 000 employés dans le textile à Amiens après 1945.

 

SAUVER, RESTAURER, RÉPERTORIER

Bleu de Cocagne n’a pas attendu la fermeture de l’usine en 2012 pour sauver, récupérer, restaurer, répertorier. Mais lance cette année un appel aux archives : d’anciens catalogues, des films super 8, des cassettes audio ou bien ces Cosserat-rama, classeurs d’échantillons de velours édités deux fois par an... « Nous voulons sauver tout ce qui peut l’être avant d’atterrir dans une poubelle, résume Yves Benoît. Il y a beaucoup de choses chez les anciens de l’usine mais leurs descendants n’en ont peut-être rien à faire. Des choses sans importance exceptées pour l’initié. » Et pour ce glorieux passé.

//Antoine Caux

Bleu de Cocagne (200, rue Maberly) : 06 07 71 68 93 – Permanence le mardi