Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La musique est sans frontière. Le flûtiste Joce Mienniel en donne une nouvelle preuve pour l’ouverture de saison du Safran. 

Autour de Babel © Christophe Charpenel
Joce Mienniel s’entoure de musiciens de tous horizons pour son projet Babel.
© Christophe Charpenel

25.09.2019

JDA 923

Si le jazz se situe au carrefour de toutes les musiques, alors Babel en est la plus évidente représentation. Le groupe réunit des artistes du Moyen-Orient, du Pakistan et de la Méditerranée autour du flûtiste Joce Mienniel. Premier prix de jazz à l’unanimité au Conservatoire supérieur de musique de Paris en 2004, l’artiste virtuose construit son répertoire autour de la musique indienne, « aux sonorités liquides ». Elle représente pour lui « une véritable révélation » qui l’incite à porter « un regard nouveau sur les musiques traditionnelles ». Véritable caméléon, Joce Mienniel cultive son talent dans d’autres projets pop, rock, de chanson française ou de musique classique, et compose aussi pour la télé et le cinéma. En 2018, en créant Babel, ensemble métissé à l’album éponyme, il réussit le pari d’une musique universelle : « On dit souvent que les musiciens n’ont pas besoin de parler pour se comprendre. Mon but était de l’expérimenter en vrai », explique-t-il. Résultat : un melting-pot de cultures, d’instruments et de sonorités du monde, que le compositeur rassemble autour d’un même langage, à l’énergie hypnotisante. Sitar, guimbarde, oud, percussions orientales ou encore contrebasse forment autour des flûtes de Joce Mienniel une invitation à voyager. Départ au Safran le 1er octobre.

//Candice Cazé

Babel, le 1er octobre, à 20h, au Safran

03 22 69 66 00