Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Elizabeth Bergez-Smith a ouvert à Amiens, il y a sept ans, un centre où les plus jeunes apprennent la langue de Shakespeare en s’amusant. Rencontre avec la plus Amiénoise des Américaines. 

Avec Elizabeth, l’anglais est un jeu d’enfants  © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

13.05.2015

JDA 758

Originaire de La Nouvelle-Orléans, Elizabeth Bergez-Smith est arrivée en France en 1988, pour les beaux yeux d’un Frenchy de la Somme... « Aux États-Unis, j’ai étudié le français pour l’enseigner à mes compatriotes, raconte-t-elle. À mon arrivée en France, j’ai inversé la tendance en enseignant l’anglais aux adultes dans le cadre de la formation continue. L’apprentissage des langues a toujours fait partie de mon quotidien ». Elizabeth Bergez-Smith a ensuite souhaité transmettre son amour de l’anglais aux plus jeunes. À Amiens, durant l’été 2008, elle a donc ouvert un centre d’apprentissage franchisé Les Petits Bilingues. « J’ai donné des cours d’anglais aux adultes pendant plus de vingt ans et je me suis aperçue de leurs difficultés à l’oral. Parallèlement, mes deux filles grandissaient en intégrant les langues maternelles de leurs parents avec une facilité déconcertante. J’en ai logiquement conclu que cet apprentissage devait se faire de façon naturelle et agréable », explique Elizabeth Bergez-Smith, séduite par l’approche amusante et décontractée du réseau Les Petits Bilingues, créé en 1992 et devenu leader sur ce marché en France.

 

TRANSMETTRE LA LANGUE MAIS AUSSI LA CULTURE

Place au Feurre, dans le quartier Saint-Germain, Elizabeth et ses animatrices à l’accent parfait invitent les enfants à découvrir et à se familiariser avec les sonorités anglaises. Dès 3 ans, les petits assimilent et reproduisent des sons, construisent des phrases... « Comme celle de l’informatique, la maîtrise de l’anglais leur sera très utile. Mais notre objectif est aussi de leur transmettre la culture des pays anglo-saxons », avance la chef d’entreprise qui envisage par ailleurs de lancer prochainement des cours pour les adultes en face-à-face ou par petits groupes. Et que pense cette Américaine de la capitale picarde ? « Pour moi, c’est la ville parfaite pour fonder une famille, se faire des amis... Bref, construire sa vie, affirme-t-elle. Amiens a une taille idéale, il n’y a pas de problèmes de circulation et la scène culturelle est riche ». Elle n’en oublie pas pour autant d’où elle vient : à la table familiale, c’est avec ses délicieux gombos et jambalayas qu’Elizabeth transmet le mieux ses racines cajun et acadienne...

//Kaltoume Dourouri