Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Depuis son lancement en 2017 par la ville d’Amiens, le Permis de fleurir gagne des points. La campagne 2019 est florissante.

Bac à fleurs : mention très bien © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

03.07.2019

JDA 918

Au lancement de l’opération en 2017, la Ville comptait recevoir environ 150 demandes. Ce sont finalement 300 kits gratuits comprenant notamment des bacs en bois recyclé, du terreau, des plants et des graines qui ont été distribués. Le Permis de fleurir encourage les initiatives pour végétaliser l’espace public en installant des bacs ou des plantes grimpantes devant sa maison, en fleurissant le pied des arbres ou un endroit délaissé. Cette année, ce sont 850 Amiénois qui se sont montrés intéressés. Après une étude de faisabilité (configuration du site, largeur du trottoir…), plus de 600 ont reçu un avis favorable. « 66 sont encore en cours d’instruction, comptabilise Benoît Walbrou, chef du service espaces verts qui accompagne le dispositif. Les délais sont plus longs pour les plantations en pleine terre et au pied des façades qui nécessitent un carottage précis pour ne pas abîmer les canalisations ou les réseaux enterrés. »

 

«CRÉER DU LIEN SOCIAL »
Les premiers carottages expérimentaux auront lieu à la fin de l’été. La période idéale pour planter les chèvrefeuilles, passiflores et clématites offerts par la Ville. « On est là pour accompagner les habitants. Car une rue fleurie est une rue que l’on a envie de garder propre, indique Florence Rodinger, adjointe au maire déléguée à l’environnement et à la qualité de vie. Cette opération crée aussi du lien social et favorise la biodiversité. » À en juger par la customisation de certains bacs, nul doute que l’enthousiasme est là. Et pour multiplier les initiatives dès le printemps prochain, direction amiens.fr/permisdefleurir.

//Ingrid Lemaire