Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La cassette fait son retour à Amiens grâce au label d’inspiration japonaise Tofu-Kozo,
 dont les beats “lo-fi” investissent la Lune des pirates le 26 janvier lors d’une soirée spéciale k7. 

Bandes à part  © Tofu-Kozo

22.01.2020

JDA 936

Le vinyle sur la platine du salon, la K7 dans la poche du pantalon. Comme dans les 80’s. Alors que la galette noire approche les ventes des CD (loin derrière le dématérialisé), la cassette audio attendait encore l’heure de se faire une niche. La voilà venue, par la bande : « On a découvert ce retour il y a six ans au Japon, cela arrive en France », rapporte Miguel Clemente, alias Izolda’s Tears, beatmaker amiénois. Ses sons « lo-fi », “basse fidélité”, il les diffuse via son micro-label Tofu-Kozo, créé fin 2018. Une asso présidée par Manon Thiriet, graphiste-designer, comme lui. « Tofu-Kozo, c’est un yokaï (monstre du folklore japonais, ndlr) qui porte du tofu, expliquent les nippophiles. Et on trouvait qu’une cassette ressemble à un bloc de tofu ! »

 

CULTURE HIP-HOP

Tofu-Kozo, qui limite ses exemplaires, vend aussi en téléchargement et streaming « Et pour 90 % à l’étranger. » Ses stars restent néanmoins ces petites bandes dans leur boîtier cristal, enregistrées et habillées à partir de K7 vierges. « C’est plus accessible et malléable que le vinyle. Cela colle avec la culture hip-hop, qui se l’est appropriée. » Tout cela résonne sur Internet, où Tofu-Kozo a rencontré ses autres beatmakers, japonais (forcément !), américains, africains ou européens. Underground, la K7 ? Peut-être, mais universelle.

//Jean-Christophe Fouquet

Soyez sympas, rembobinez, le 26 janvier, à 17h,
 à La Lune des pirates

Atelier “fais ta K7” de Prolifik Records, DJ set d’Izolda’s Tears, concert d’Ødyssee – Entrée libre