Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Un joyeux personnage vante le patrimoine local, des hortillonnages au beffroi, sur de la vaisselle en porcelaine. Rencontre avec Laurette, la création de Laurence Warluzelle.

Belle Laurette flatte Amiens © Laurent Rousselin – Amiens Métropole
« Des petits personnages comme nous, représentant notre ville sur de la vaisselle fabriquée en France et peinte à Amiens, c’est inédit »
© Laurent Rousselin – Amiens Métropole

10.06.2015

JDA 762

Laurette porte une robe bleu waide et une coiffe régionale. Avec son mari Jean, vêtu de ses habits d’hortillon, et leur espiègle Louison, ils se promènent sur le parvis de la cathédrale. « On veut donner ainsi l’envie de visiter Amiens, explique-telle. On nous retrouve sur des sites touristiques. » Plongeons au cœur du patrimoine local. « Ici, on voit Jean me faire sa déclaration d’amour au pied du beffroi, évoque Laurette. Là, tous les deux à bord d’une barque dans les hortillonnages ou encore avec ma fille au théâtre Chés Cabotans d’Amiens… » On se croirait dans un album photo. Sauf que Laurette et sa famille sont des personnages fictifs, imaginés par Laurence Warluzelle et dessinés par Éva Martin. Déclinés sur différents décors, ils ont pris vie il y a quelques semaines seulement. « Des petits personnages comme nous, représentant ainsi notre ville sur de la vaisselle en porcelaine fabriquée en France et peinte à Amiens, c’est inédit », se réjouit Laurette. Laurence Warluzelle a tout misé sur des scènes combinant décor numérique et peinture traditionnelle alimentaire réalisée à la main par ses soins. « Laurence Warluzelle peint sur porcelaine et enseigne cette technique depuis dix-sept ans. C’est dire son expérience », sourit Laurette.

 

AMBASSADEURS DE LA VILLE
Si Laurence Warluzelle n’avait pas quitté son métier d’infirmière en 2003 pour aider son mari dans son entreprise funéraire, puis ouvert son atelier d’art, rue Jules-Barni en 2012, Laurette et les siens ne seraient peut-être jamais devenus ces ludiques ambassadeurs de la ville. « Notre famille est vouée à évoluer à travers d’autres sites amiénois, poursuit Laurette. Tout en gardant notre identité, on va écouter les envies des gens. On s’affiche déjà sur des assiettes, des tasses, des services à pique-nique, des bougeoirs… Récemment, une cliente a même demandé que l’on figure sur un cadeau de baptême. » L’office de tourisme d’Amiens Métropole est aussi séduit par l’initiative. L’Association de sauvegarde des hortillonnages, des chocolatiers amiénois et une boutique de souvenirs plébiscitent aussi ces porcelaines. Alors, longue vie à Laurette.

//Ingrid Lemaire