Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Auteur du but qui a permis aux Gothiques de soulever la coupe de France l’an passé, le deuxième meilleur pointeur de Ligue Magnus, Tommy Giroux, s’attend à un Bercy en fusion face à Rouen le 16 février. 

« Bercy t’amène à te surpasser »  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

12.02.2020

JDA 939

JDA : Vous remettez votre titre en jeu face à Rouen. Votre but l’an passé face à Lyon est-il encore dans votre esprit ?

  Tommy Giroux : Complètement. C’est le but le plus important de ma carrière. Inscrire le but décisif en finale de Coupe de France, c’est quelque chose. Après... ce n’est pas le plus beau (rires). Mais il nous a permis de vivre une belle aventure.

 

Amiens s’était fait recoller juste avant les prolongations.
 On aurait pu vous croire atteints...

  Franchement, on savait que c’était pour nous ce match-là et pour personne d’autre. On était tous focus, tout le monde savait ce qu’il avait à faire. Il n’y avait pas de doute dans mon esprit.

 

Un an plus tard, vos statistiques sont encore excellentes...

  Je ne suis pas tous les jours sur mon téléphone pour regarder mes stats ! Ce sont surtout les gens qui m’en parlent.

 

Jérémie Romand, blessé, ne jouera pas la finale. Ça risque d’être
 une autre histoire face à Rouen ?

  L’an passé, face à Lyon, nous étions favoris. Cette année, c’est Rouen. Mais nous n’avons rien à perdre. Du coup, on va aller donner tout ce qu’on a là-bas. Et puis l’ambiance sera différente. Tout le monde n’a pas l’habitude de jouer dans des patinoires de 12 000 ou 13 000 places. Ça t’amène à te dépasser. L’an passé, à Bercy, c’était la première fois que je remarquais nos fans autant en délire. On les voyait crier, sauter, jouer de la musique, être rejoints par d’autres spectateurs. J’ai regardé les vidéos, j’en avais des frissons. Je suis persuadé que ça va être encore énorme cette fois-ci.

 

Ce mois de février est aussi marqué par l’officialisation du départ de Mario Richer, votre entraîneur, à l’issue 
de la saison. Cela vous affecte-t-il ?

  Mario nous a tellement apporté. Il a amené l’équipe à ce niveau. C’est l’auteur principal des succès de l’équipe ces trois dernières années. Quand j’ai su l’annonce, je me suis dit que je devais profiter au maximum de ces moments avec lui. C’est un personnage ouvert, abordable, qui dit les vraies choses.

 

C’est lui qui vous a fait venir à Amiens...

Quand je l’ai rencontré, je me suis dit “C’est bon, je veux aller là !”. Avec le groupe, on prend tellement de plaisir depuis que l’on est ensemble. On aime l’ambiance dans la patinoire, dans le vestiaire. La ville aussi compte. En tant que Canadien, on est loin de nos familles, de nos amis. C’est important de créer quelque chose ici.

//Propos recueillis par Antoine Caux

 

Amiens / Chamonix, le 14 février, à 20h15


Amiens / Mulhouse, le 21 février, à 20h15


Au Coliseum, 42e et 44e journées de Ligue Magnus

 

Amiens /Rouen, finale de la Coupe de France


Le 16 février, à 15h, à l’AccorHotels Arena à Paris

 

Playoffs : matchs 1 et 2, les 25 et 26 février

Match 5 (si nécessaire), le 3 mars


Match 7 (si nécessaire), le 8 mars


Au Coliseum

 

Mario, game over

Mario Richer ne sera plus l’entraîneur des Gothiques la saison prochaine. Par un communiqué, le club a confirmé sa décision annoncée au printemps dernier de confier en 2020/2021 les rênes de l’équipe à Anthony Mortas, son actuel adjoint. Même si, 
selon nos informations, aucun contrat n’a été signé à ce jour. Le Québécois, grand artisan du retour d’Amiens sur le devant de la scène du hockey français, ne fera pas d’esclandre, il le savait. « Je suis désormais sur l’autoroute sans savoir quelle sortie je vais
 prendre », image-t-il. Sa cote est excellente.