Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Les éditions Petit à Petit ont fait plancher des auteurs du cru pour ressusciter l’histoire de la ville en cases et en bulles. Son scénariste Guillaume Magni raconte la genèse d’Amiens, de Samarobriva aux guerres de religion, en librairie le 2 octobre. 

Bulles temporelles 1 © Éditions Petit à Petit
L’album regroupe divers talents, notamment locaux. Ici, Alex-Imé, Olivier Frasier et Ignifero.
© Éditions Petit à Petit

30.09.2020

JDA 957

JDA : Comment les éditions Petit à Petit vous ont-elles contacté ?

Bulles temporelles 2

  Guillaume Magni : Ils sont passés par l’association On a marché sur la bulle (où il travaille, ndlr). Je croyais au départ ne faire qu’une seule histoire mais, comme ils voulaient un fil rouge, j’ai écrit les neuf. Les dessinateurs aussi ont été recrutés localement.

 

Ce sont vos débuts dans le scénario de BD ?

  J’avais déjà participé à des BD collectives comme La Crise, quelle crise ou la revue Pierre Papier Chicon. Mais oui, c’est la première fois que je scénarise tout un album.

 

Et le dessin ?

  J’ai toujours voulu faire de la BD. Surtout du dessin. Mais je dessine laborieusement (rires), cela me demanderait trop de temps. Là, tout de suite, écrire pour les autres m’allait très bien. Avec les dessinateurs, nous avons beaucoup échangé. Je voulais souvent trop en mettre, il fallait écrémer.

 

Il s’agit de documentaire ou de fiction ?

  L’idée est d’articuler des pages informatives et des planches BD, fictionnelles mais contextualisées. Quand nous avions peu de sources, comme pour les invasions barbares, j’ai pu pousser plus loin le curseur vers la fiction.

 

Vous avez dû réviser votre histoire locale ?

  J’habite Amiens depuis 1999. Je croyais bien connaître ma ville, mais j’ai énormément appris. C’était parfois difficile, nous parlons de beaucoup de choses désormais invisibles. Stéphane Cuvillier, qui a rédigé les pages documentaires, était là pour m’éclairer. C’est un vrai puits de science.

 

Une suite est-elle prévue ?

  Oui, pour 2022, mais rien n’est encore signé. Sur ce premier tome, avec la peste, nous nous arrêtons sur une épidémie. C’est d’actualité mais à l’époque nous ne l’avions absolument pas imaginé...

//Propos recueillis par Jean-Christophe Fouquet

 

Bulle du lundi, le 12 octobre,
 à 18h30, à Côté jardin (Maison
 de la culture) : rencontre avec
 les auteurs d’Amiens, de Samarobriva aux guerres de religion