Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Une bibliothèque plongée au cœur de l’Amérique des années 60 : bienvenue à la Pete Garner’s Library. 

C’mon Camon  © Bruno Leclerc
Peintures à l’huile et acrylique de Bruno Leclerc.
© Bruno Leclerc

27.02.2019

JDA 904

Ne la cherchez pas. La Pete Garner’s Library n’est pas une nouvelle structure du réseau d’Amiens Métropole mais l’appellation temporaire de la bibliothèque Pierre-Garnier de Camon qui, à l’occasion de l’exposition American 60’s, se donne à fond. L’enseigne plantée à l’entrée suffit à nous transporter soixante ans en arrière. Bruno Leclerc, passionné par les États-Unis des années 50 à 60 depuis plus de trente-cinq ans, a investi le lieu avec son fils Charles-Élie. « J’y expose mes toiles inspirées de cette époque mais aussi un authentique chopper, un frigo, des plaques émaillées, des guitares fabriquées avec des objets de récupération, énumère celui qui roule en Cadillac de 1951. Le siège arrière d’une Chrysler sert même de sofa. »

 

BANDE-SON ROCK’N ROLL

Et qui mieux que The Crappy Coyotes pour réveiller ce décor ? Le quatuor amiénois, créé en 2012, inaugurera la Pete Garner’s Library le 2 mars. Une aubaine pour le groupe qui, après s’être frotté aux reprises de Warren Smith, Jerry Lee Lewis, Little Richard ou Larry and Lorrie Collins, a sorti à l’automne son premier album Lets’ Get Wild (disponible à La Malle à disques). Composé d’une douzaine de morceaux, l’opus compte quatre reprises, dont l’une de Wanda Jackson, première égérie de la country rock. « On tourne pas mal dans le nord de la France, précise Manu Héreau, leader et fondateur des Crappy Coyotes. En août, nous jouerons au Béthune Rétro, festival avec cinq scènes et 37 concerts ! » Pour l’heure, on affiche la rock’n roll attitude à la Pete Garner’s Library.

//Ingrid Lemaire

 

Pete Garner’s Library : American 60’s, à la bibliothèque Pierre-Garnier, à Camon, jusqu’au 15 mai


03 22 97 10 17


The Crappy Coyotes, le 2 mars, à 16h


Entrée libre