Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Huit structures d’insertion par l’activité économique implantées à Amiens unissent leurs forces pour favoriser l’accès à l’emploi. 

Ça s’agite pour l’emploi  © Sébastien Coquille / Amiens Métropole
Le repassage, l’un des secteurs d’insertion par l’activité économique.
© Sébastien Coquille / Amiens Métropole

20.03.2019

JDA 907

« Agitateurs d’énergie pour l’emploi. » Voilà comment se présente le tout nouveau Club IAE Samarien. IAE pour insertion par l’activité économique, Samarien car ses bases sont amiénoises. L’originalité réside finalement dans ce “club des huit” que forment désormais Somme Emploi Service, Cap Intérim France, Ozange.net, Somme Nature, Amiens Avenir Jeunes, Les Astelles, l’Aprémis et les Ateliers de l’Îlot. Des structures déjà bien implantées à Amiens, certaines depuis plus de trente ans. Défendant des valeurs communes – citoyenneté, développement durable, bien-être social... –, elles ont compris que l’union faisait la force. « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin », formule Sabine Verhaegen, directrice du groupe économique et solidaire Ménage Service / Ozange.net.

 

« UNE SPIRALE VERTUEUSE »

« Il faut supprimer les frontières qui nous empêchent de travailler ensemble, reprend Aïcha Benzerfa, directrice de l’insertion au sein des ateliers Aprémis. Nous voulons créer une spirale vertueuse pour favoriser l’accès à l’emploi. » La force du nombre, c’est de pouvoir mieux défendre les spécificités liées au domaine de l’insertion professionnelle, améliorer la collaboration avec les entreprises mais aussi les collectivités – dont Amiens Métropole, déjà partenaire du club –, notamment lors des réponses aux appels d’offres. Une des préoccupations du club réside par exemple dans la promotion des clauses qui favorisent l’emploi et l’insertion. Qu’elles œuvrent dans l’aide à la personne, le ménage, la réparation automobile, la restauration, les espaces verts ou encore l’intérim, ces structures accompagnent près de 4 000 personnes par an.

//Kaltoume Dourouri