Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

L’association des Amis des musées d’Amiens contribue à leur rayonnement 
et leur enrichissement. Tout en assurant à ses membres de belles découvertes. 

Chasseurs de trésors 1  © Pascal Foulon
Les Amis des musées d’Amiens bénéficient de visites en avant-première.
© Pascal Foulon

27.01.2021

JDA 970

Ils auraient dû fêter leurs 40 ans en 2020, profitant de la réouverture tant attendue du Musée de Picardie. Si les Amis des musées d’Amiens subissent aussi la crise sanitaire qui les tient éloignés des lieux culturels, ils ne restent pas inactifs. Cette association, qui tient d’ordinaire une permanence hebdomadaire au Musée, regroupe 250 adhérents. « Elle est née en 1980 sous l’impulsion du pianiste Edmond Rosenfeld qui dirigea l’ensemble Pupitre 14, ancêtre de l’Orchestre de Picardie, soutenu par la conservatrice et directrice de l’époque, Véronique Alémany », pose Vincent Foucart, son président depuis vingt ans.

 

POLITIQUE DE MÉCÉNAT

À l’instar de ses cousines qui, depuis le XIXe siècle, ont éclos sur tout le territoire national pour contribuer à la vie des petites et grandes institutions muséales, l’association participe au « dynamisme et au rayonnement de notre musée ». Comment ? « Notamment par une politique de mécénat qui contribue à l’enrichissement des collections », décrit Vincent Foucart. Depuis sa création, l’association a acquis plus d’une centaine d’œuvres : peintures, dessins, objets archéologiques, céramiques, sculptures, cadres... Son statut lui permet souplesse et réactivité pour acheter ces trésors ou trouver des mécènes. « Les acquisitions se font avec l’appui des conservateurs. Parfois, ce sont eux qui nous sollicitent, comme pour l’achat d’un fragment du Puy de 1499 en 2017. » « Passionné par le marché de l’art, Vincent Foucart a souvent de bonnes intuitions, applaudit Laure Dalon, la directrice des Musées d’Amiens. Je me réjouis que les Amis nous aident en mettant une partie de leurs moyens au service de nos collections. »

Chasseurs de trésors 2 © Michel Bourguet / Musée de Picardie

Ce fragment, don des Amis des musées d’Amiens, complète le Puy de 1499 qui avait été morcelé. À découvrir dès que possible au premier étage du Musée. © Michel Bourguet / Museé de Picardie

 

PAS ÉLITISTES MAIS PRÉCIEUX

Des moyens réunis grâce aux petites cotisations annuelles des adhérents, des dons et complétés par les voyages et sorties culturels organisés chaque année. Car c’est aussi l’intérêt de cette association : développer ses connaissances... « Sans élitisme aucun, assure Laure Dalon. Nul besoin d’avoir une fortune personnelle pour en faire partie. » L’adhésion offre aux membres des visites en avant-première des expos du Musée, son accès gratuit toute l’année (une nouveauté !), des conférences et bientôt de nouvelles propositions pour le jeune public. Dans quelques semaines, les récentes acquisitions des Amis des musées d’Amiens, « en lien avec la ville, la cathédrale et la Première Guerre » (lire encadré), passeront devant la commission scientifique régionale pour valider leur entrée dans les collections. Ces dons, parfois fragiles, ne seront pas tous exposés mais Laure Dalon envisage de les présenter lors d’une journée consacrée à ces « amis précieux ».

//Coline Bergeon

Pour rejoindre Les Amis des musées
 d’Amiens (2, rue Puvis-de-Chavannes) :
 06 38 82 98 12 – amisdesmusees.amiens@gmail.com

 

Des témoignages inestimables

Parmi les nouvelles acquisitions des Amis des musées d’Amiens figurent deux dessins. L’un signé Jean-Baptiste-André Gautier-d’Agoty s’intitule
 Vue de la ville d’Amiens du côté de la fontaine d’Amour. Cette scène galante croquée par le portraitiste de la cour
 en 1778 est l’un des rares témoignages iconographiques de la ville à cette époque. On y reconnaît le quartier Saint-Leu dominé par la toiture du couvent des Minimes, une barque à cornet et au loin 
la cathédrale et le dôme du beffroi. Un autre dessin
 du caricaturiste amiénois de l’entre-deux-guerres Pierre Ringard, auquel le Musée avait consacré une exposition en 2011, représente un poilu mortellement blessé, assorti d’une dédicace : “Aux enfants d’Amiens morts pour le pays”.

Chasseurs de trésors 3 © Musées d’Amiens

Vue de la ville d’Amiens du côté
 de la fontaine d’Amour par Jean-Baptiste-André Gautier-d’Agoty. © Musées d’Amiens