Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Clément Chevrier, 23 ans, natif d’Amiens et spécialiste de la montagne. Celui qui débuta le vélo au CC Salouël vient de terminer son premier Giro.

Chevrier, maître des cols © IIario Biondi / Bettini photos
Le Giro, le Tour d’Italie, son premier grand tour qu’il a bouclé à la 69e place, à trois heures de Contador.
© IIario Biondi / Bettini photos

24.06.2015

JDA 764

Le 8 juillet, quand le peloton du Tour de France dévalera les boulevards d’Amiens, sa ville natale, lui sera en pleine ascension de l’autre côté des Alpes sur le Tour d’Autriche. La vie est parfois mal faite, comme elle réserve quelquefois des surprises avec un grimpeur made in Picardie, plat pays plus habitué à fournir des sprinteurs ou des pistards. « Oui mais il paraît que j’ai été conçu à Bourg-Saint-Maurice. C’est là-bas d’ailleurs que j’ai enlevé les roulettes la première fois », tente-t-il comme explication. Clément Chevrier a fait du chemin depuis. « La Grande Boucle ? Ça viendra quand ça viendra », dit-il, conscient que, jusqu’à présent, les choses lui ont plutôt souri. Son objectif 2015, il le connaissait depuis cet hiver, depuis que le coureur de 23 ans (il les fête le 29 juin) a signé avec l’équipe professionnelle suisse IAM Cycling : le Giro, le Tour d’Italie, son premier grand tour qu’il a bouclé à la 69e place, à trois heures de Contador. Depuis son appartement de Chambéry, un coin plus vallonné que la Picardie où le jeune homme s’est installé il y a quatre ans afin de poursuivre études et cyclisme après son bac, il nous a raconté son « besoin de décontraction mentale et physique après trois semaines de course à 110 % ». Parti sur les routes transalpines sans objectif de résultat « mais avec celui d’empocher le maximum d’expérience », Clément Chevrier a été à la hauteur de la confiance accordée par ses directeurs sportifs Rik Verbrugghe et Eddy Seigneur (tiens ! tiens ! un Picard).

 LA CULTURE DU VÉLO

 Voix posée, élocution parfaite et lunettes d’intello, le garçon surprend par sa maturité. « En partant jeune à Chambéry, je me suis peut-être épanoui plus vite qu’en restant chez les parents… », suppose le petit gamin de Saint-Vaast qui a fait toute sa scolarité à Amiens. Son long séjour aux États Unis en 2014 dans l’équipe Bissel Development d’Axel Merckx a sans doute accéléré la maturation. Aujourd’hui, plutôt que de jouer les gamins foufous d’atteindre leur rêve, il bluffe par son analyse : « Je regrette de ne pas avoir pris d’échappée sur le Giro… ». « Sans doute le Tour le plus dur de ma carrière », selon Sylvain Chavanel, 35 ans dont quinze dans le peloton, aujourd’hui coéquipier de Clément Chevrier chez IAM Cycling après avoir été son idole. À l’hôtel ou au restaurant avec l’équipe, le Picard surprend (encore !) les vieux briscards par sa culture vélo. La chambre à Saint Vaast a d’ailleurs conservé les posters de Jalabert ou les bidons ramassés, gamin, en suivant la Grande Boucle en camping-car avec le grand père et le papa, ancien coureur amateur. Malheureusement, le pépé sera parti trop tôt pour voir le petit Clément parmi les grands. Sur le Giro, déjà, et sans doute un jour sur les routes du Tour.

//Antoine Caux