Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Clément Chevrier, vin de cycle

À 28 ans seulement, le grimpeur d’AG2R La Mondiale originaire de Saint-Vast arrête sa carrière pour se consacrer à son autre passion : la sommellerie

Clément Chevrier, vin de cycle © Yves Perret / www.ypmedias.com

11.11.2020

JDA 961

Un look d’ado mais le cran des grands. Clément Chevrier, petites lunettes et voix posée, a toujours impressionné par sa maturité. Et c’est parce que le natif d’Amiens a souvent su où il voulait aller qu’il a préféré stopper en octobre, à l’issue de La Flèche brabançonne et à 28 ans, sa carrière pro entamée en 2014. « Je n’ai pas envie de me retrouver dans une équipe sans projet où l’on est un pion au milieu du peloton, a-t-il confié au Dauphiné Libéré, un peu amer sur les lois du milieu. Devenir professionnel était le rêve d’une vie. J’ai toujours tout fait avec passion,  dans un esprit familial. Et quand tu passes pro, ta passion devient ton travail… »

« DÉCOUVRIR LES VINS ET LES HOMMES »
Originaire de Saint-Vast, parrain du club de Rivery, Clément Chevrier a débuté au CC Salouël pour imiter son coureur de papa, Philippe. Puis s’est exilé à Chambéry après son bac pour allier études, cyclisme et montagne, son terrain de prédilection. « Il paraît que j’ai été conçu à Bourg-Saint-Maurice », nous disait-il en juin 2015. Nous lui tirions alors le portrait (JDA #764) après son premier Tour d’Italie. Il en fera un autre (2017) et trois Tours d’Espagne (2016, 2017 et 2019). Le Savoyard de cœur nous parlait déjà d’une autre passion : le vin. « J’ai toujours été émerveillé par la bouteille sur la table, fasciné d’entendre les gens en parler. J’aime découvrir les vins et les hommes qu’il y a derrière. » Il y a deux ans, il a même lancé sa boîte de dégustation à domicile, Épicurieux. L’ex-coéquipier de Romain Bardet et Benoît Cosnefroy s’échappe désormais du peloton pour composer la carte des vins d’un restaurant chambérien. Prêt à casser la barrique.

//Antoine Caux