Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Florent Krim, médecin du sport, et Pierre-Marie Leprêtre, maître de conférences en STAPS, étudient le lien entre l’activité physique et le Covid et lancent un questionnaire en ligne. Appel aux volontaires.

Covid : ces chercheurs ont besoin de vous © Antoine Caux - Amiens Métropole
Les 21 questions établies par Pierre-Marie Leprêtre et Florent Krim permettent de visualiser le niveau d’activité physique des sondés.
© Antoine Caux - Amiens Métropole

13.01.2021

JDA 968

Le questionnaire prend moins de trois minutes. Et pas besoin d’avoir été testé positif : “Combien de temps passez-vous assis lors d’une journée ?”, “Votre activité professionnelle vous entraîne-t-elle parfois une augmentation de la fréquence cardiaque ?” ou encore “Pratiquez-vous la marche ou le vélo pour vous rendre au travail ?”… En tout, 21 questions pour autant de réponses collectées de manière anonyme par Florent Krim et Pierre-Marie Leprêtre. Le premier, urgentiste, est également médecin du sport, spécialisé en réadaptation cardio-vasculaire. Le second, enseignant chercheur en sciences et techniques des activités physiques et sportives à l’université de Picardie Jules-Verne.

 

« LES GENS ACTIFS FONT-ILS MOINS DE COVID ? »
En lien avec Claire Andrejak, professeure de pneumologie au CHU d’Amiens-Picardie, ils évaluent l’incidence de l’activité physique sur l’infection « pour savoir à quel point elle influence positivement ou négativement la sensibilité au Covid, précise Florent Krim. Est-ce que les gens actifs font moins de Covid et, le cas échéant, des Covid moins graves ? ». Pour le profane, le sport semble aller de pair avec un bon état de santé. « Pourtant, les discours de santé ne marchent généralement pas bien en France, déplore Pierre-Marie Leprêtre. Ici, la question est : y a-t-il une dose optimale d’activités physiques qui permet de lutter contre l’infection ? » « Et à l’inverse, est-ce qu’un excès n’est pas mauvais ? » interroge Florent Krim.

 

DÉJÀ 500 RÉPONSES
Les deux hommes en attendent « une gradation entre ceux qui n’ont rien eu, ceux qui ont juste eu les symptômes, ceux qui ont été hospitalisés voire en réanimation ». Le questionnaire, auquel 500 personnes ont déjà répondu, visualise précisément le niveau d’activité des sondés. Car « on peut être actif et sédentaire à la fois. On peut faire du sport mais en même temps passer trop de temps assis face à un ordinateur la journée et affalé devant un écran le soir… », rappellent les deux chercheurs. Lesquels, à travers ce test, espèrent diffuser un message de santé publique. Alors l’activité physique, médicament miracle ?

//Antoine Caux

Questionnaire sur fr.surveymonkey.com/r/COVIDAPS