Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Un bras asséché, un lit repensé : la Somme connaît d’imposants travaux place Vogel. Pour que les poissons puissent de nouveau la remonter.

Des poissons bien remontés © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

20.11.2019

JDA 929

Ce qui se passe sur la Somme, au bras du Pendu et près de l’usine Saint-Michel, n’a plus rien à voir avec le réseau de chaleur (JDA #918). Il s’agit désormais « d’assurer la continuité hydraulique et écologique du fleuve », résume Stéphane Jourdan, chef de service à l’Agence de l’eau Artois-Picardie, laquelle gère ce chantier d’environ 4,5 M€. En clair, l’idée est d’améliorer la circulation de l’eau, des sédiments et des poissons. Mais aussi de prévenir les éventuelles inondations. « C’est pourquoi l’usine Saint-Michel a été conservée, alors que sa suppression aurait été moins onéreuse. »

 

DÉBLOQUER LE PARCOURS
Les premiers bénéficiaires seront les « poissons anadromes qui, de la mer, remontent les cours d’eau pour frayer ». C’est-à-dire les truites, les saumons ou les aloses, vulnérables. Ces dernières font leur retour dans la Somme suite à ces travaux entamés en 2007 dans tout le département. L’usine Saint-Michel était un point de barrage. « À terme, les poissons pourront la longer. Nous installons des plots afin de les aider dans leur progression à contre-courant. » Cette rampe devrait être achevée à la fin du mois. Prochaines étapes amiénoises : un système de vidéo-comptage des poissons sur le bras du Pendu en 2020. Puis, l’année suivante, l’aménagement par le Département du barrage de la Chaudière, au sud de l’île Sainte-Aragone.

 //Jean-Christophe Fouquet

 

La date

1936

Cette année-là, le barrage Saint-Michel, propriété de l’État, entrait en fonctionnement. Cette usine hydraulique alimentait les pompes de distribution d’eau potable. Depuis son arrêt dans les années 80, elle était un obstacle à l’eau et aux sédiments. L’eau circule désormais sous le bâtiment, lequel reviendra à la Ville après travaux. Le chantier actuel concerne donc la remontée des poissons, à côté.

 

Sur quel bras danser ?

Des poissons bien remontés © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

Les travaux se déroulent place Vogel, où deux bras de la Somme se rejoignent : celui du Pendu (au nord duquel le Département a déjà aménagé une passe à poissons), situé le long du Jardin des plantes, et celui longeant les rues des Déportés et de la Résistance, où se déversent les canaux de Saint-Leu. Le fleuve, lui, passe près de la citadelle puis quai de l’Écluse. Il retrouve son ampleur devant l’Ésiéé. Le bras du Pendu fait donc la jonction entre le lit historique et le barrage Saint-Michel. C’est là que passent les poissons. Une fois renforcé, il sera remis en eau avant la fin de l’année. Touche finale : un chemin piéton réalisé par la Ville en 2020.