Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le confinement a donné des conditions de travail uniques aux équipes
 de maintenance pour entreprendre la révision du Coliseum et du Nautilus. 

Du temps pour les travaux  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole
L’absence de nageurs a permis de réparer une fuite dans le bassin de la piscine du Nautilus.
© Laurent Rousselin / Amiens Métropole

27.05.2020

JDA 945

Personne n’avait jamais vu le Coliseum sans ses deux patinoires. En temps normal, même en cas de travaux, l’une des deux reste ouverte. « C’est historique, confirme Dominique Georges, directeur du service des sports d’Amiens Métropole. Le confinement nous a permis de prendre de l’avance dans la maintenance des grands équipements sportifs. Le Coliseum est ouvert trois cent soixante-deux jours par an, sept jours sur sept, de 6h à minuit. Il est donc compliqué d’y programmer des interventions techniques sans déranger les clients. » Ainsi, sa piscine (4 000 m3 d’eau) a été vidangée et n’aura donc pas à fermer comme d’habitude trois semaines en septembre.

 

INVESTIGATIONS AU NAUTILUS

Pour les patinoires, le groupe froid est pour la première fois à l’arrêt. Ce qui a permis de vérifier les installations et de réaliser des économies d’énergie. Les équipes ont également fait entrer des nacelles et travaillé en hauteur sans difficulté : interventions dans les vestiaires et les douches, nettoyage des gaines de ventilation, raccordement au réseau de chaleur. Une révision complète dans le respect du protocole sanitaire. Autre chantier majeur : le Nautilus. « Il y avait une fuite sous le bassin et nous avions besoin de temps pour le vidanger et entreprendre des investigations », ajoute Dominique Georges. Des études géotechniques ont été menées et une caméra introduite dans les canalisations a finalement montré que les siphons n’étaient plus étanches. La piscine sera de nouveau fonctionnelle début juillet.

 

STADES : DES BUTS DÉMONTÉS

La direction du service des sports est aussi en charge d’une vingtaine de terrains de football homologués (en herbe et synthétique) qui nécessitent un entretien spécifique (les autres équipements étant à la charge des mairies de secteur). En raison des effectifs réduits, les tontes sont hebdomadaires et non plus quotidiennes. Et suite à l’évacuation de 150 personnes qui assistaient à un match au stade Virgile-Dufossé le 16 mai, toutes les cages de buts ont été démontées. Là encore, une opération inédite...

//Lysiane Voisin