Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Dury : nouvel attelage au centre équestre

L’écurie Siauve Loubaud vient de prendre les rênes du centre équestre de Dury. Avec deux mots d’ordre : convivialité et exigence. 

Dury : nouvel attelage au centre équestre  © Sébastien Coquille / Amiens Métropole
Gilles Siauve et Camille Loubaud, nouveaux gérants du Centre équestre de Dury, ont repris les cours cette semaine.
© Sébastien Coquille / Amiens Métropole

02.09.2020

JDA 953

Depuis le 1er août, une nouvelle équipe accueille les passionnés au Centre équestre de Dury. Gilles Siauve, instructeur et cavalier international de dressage, a déjà géré plusieurs clubs. Il s’est associé à Camille Loubaud, son ancienne élève, cavalière de dressage, monitrice et cogérante du centre, et Julien, son fils, qui porte la casquette administrative. Originaire du Nord et de l’Oise, le trio a eu un coup de cœur pour les lieux, qu’il loue à l’association Société hippique Amiens Dury (Shad). « La structure est superbe, observe Camille. Aux portes d’Amiens, elle offre 60 boxes, deux manèges, deux carrières dans le parc du Petit Château et même un marcheur automatique ! »

 

UN RÊVE DE PETITE FILLE

Centre équestre, écurie de propriétaires et site de concours : l’écurie Siauve Loubaud poursuit la voie tracée depuis quinze ans à Dury. Elle y propose une école d’équitation haut de gamme dans un esprit convivial. Les cours reprennent cette semaine, du baby poney (3-6 ans) aux adultes, en passant par tous les niveaux jusqu’au galop 7. Des cours adaptés aux personnes en situation de handicap sont aussi possibles. Deux monitrices et un palefrenier complètent l’équipe qui succède à Hervé Lambert, décédé au printemps. « Nous avons renouvelé toute la cavalerie, précise encore Camille, avec notamment 20 poneys de club. » La trentenaire, à qui le père moniteur et la mère cavalière ont mis le pied à l’étrier, a « toujours baigné dedans ». La gestion d’un centre équestre, « son rêve de petite fille », est devenue « un projet de vie ». Et une réalité.

//Candice Cazé