Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le président d’Amiens Métropole Alain Gest revient sur la situation actuelle qui soulève des inquiétudes. Sans renoncer à rendre la ville toujours plus attractive.

« Faire face aux conséquences de la crise» © Laurent Rousselin - Amiens Métropole
La rénovation de la bibliothèque Aragon et le développement du vélo, notamment électrique : deux des ambitions d’Alain Gest dans ce début de mandat marqué par les incertitudes liées à la situation sanitaire.
© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

07.10.2020

JDA 958

// LE COVID ET SES CONSÉQUENCES

• Difficultés. « Nous faisons en sorte de ne prendre aucun risque », assure Alain Gest. L’organisation des événements est soumise « au cas par cas. Le Zénith n’a quasi plus d’activité, Mégacité très peu. Amiens Métropole doit aussi faire face directement aux conséquences financières de la crise sanitaire. Le confinement a engendré 350 000 de perte de recettes pour le réseau de bus, 100 000pour le Coliseum. De plus, nous n’avons pas de certitudes sur les compensations de l’État. Et ne devons pas exclure de nouvelles restrictions. »

• Économie. Cela n’empêche pas un plan de relance offensif de 20 M€ pour soutenir l’économie : « 87 demandes d’aide sont déjà déposées alors que nous traversons encore des difficultés ». Dans ce climat, un état des lieux financier éclairera la collectivité pour le vote de son budget et de sa programmation prévisionnelle des investissements, reporté en janvier.

• Sport. La situation des clubs sportifs professionnels inquiète également Alain Gest : « La menace du huis clos pèse sur les matchs de l’ASC. Le club de hockey sur glace teste la viabilité à 1 000 spectateurs. La question est de savoir si cela est financièrement tenable ». Pour que vive le tissu sportif, Alain Gest annonce par ailleurs la tenue d’ateliers qui détermineront la politique sportive du mandat.

 

// LE TRANSPORT SUR LA BONNE VOIE

« Faire face aux conséquences de la crise» © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

 

• Bus. « Nous ne sommes jamais revenus au taux de fréquentation antérieur au confinement même si, en juin, nous étions à 90%. Le fonctionnement des bus est aussi en amélioration. Chaque jour, aux heures de pointe, la fréquence de passage des bus toutes les dix minutes est tenue, salue Alain Gest. Des discussions seront engagées avec Keolis et Irizar pour améliorer encore le service. » Des réflexions pourraient aussi porter sur l’hydrogène comme énergie de demain. Une réflexion en lien avec l’ambition d’une ville autonome en énergie pour 2050, axe majeur de ce mandat.

• Vélo. « Notre prochain plan vélo s’engagera sur le qualitatif. Dans le mandat précédent nous avons travaillé sur le quantitatif, passant de 120 à 200 km de voies. » Les voies vont progressivement passer à la couleur verte pour mieux les identifier et sécuriser les cyclistes. Les discontinuités seront aussi traitées. « Il ne sert à rien de prendre sur les voies quand il y a la place, comme c’est le cas avenue Salvador-Allende. » Autre effort, les 1 000 vélos électriques commandés pour Buscyclette pour les six prochaines années.

• TGV. « On a reçu l’assurance du gouvernement que le TGV arrivera à Amiens à l’horizon 2025. Le TGV par Amiens et les TER pour Roissy seront une réalité. C’est fondamental pour l’attractivité de notre territoire et celui de Gare-la-Vallée. » Le TGV doit servir les réflexions du Pôle métropolitain (huit communautés de communes, 400 000 habitants) dont la présidence a été confiée pour ce nouveau mandat à Pascal Rifflart, ancien vice-président d’Amiens Métropole aux transports. « C’est à ce niveau que se joue notre développement économique et touristique. Or, depuis 2018, les discussions ont progressé vers une vision commune. »

 

// DES IDÉES D’AMÉNAGEMENT

• Bibliothèque centrale. « Louis-Aragon est un magnifique bâtiment qui jouxte le Musée totalement rénové. C’est maintenant au tour de la bibliothèque. La rue de la République s’inscrit dans le cadre de la promenade thématique sur Jules Verne, qui aura pour étapes la gare (avec le Jardin d’Octopus), la maison de l’écrivain, le boulevard, le Cirque et l’hôtel de ville. »

• La Hotoie. « Le parc de La Hotoie demande aussi à être rajeuni. La rue Jean-Catelas, dont nous allons récupérer en 2021 la caserne des pompiers, y mène naturellement. »

Autant de projets pour Amiens Métropole. Mais Alain Gest ne l’oublie pas : « Tout dépendra des capacités financières ».

//Ingrid Lemaire