Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Chez Faiveley Transport, spécialiste des systèmes de freinage ferroviaire, les grands projets côtoient ceux du quotidien. Le site amiénois combat le gâchis alimentaire. 

Faiveley freine le gaspillage  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole
Faiveley Transport a reçu le prix de l’initiative RH, Trophées de L’Usine Nouvelle 2019, pour ses mesures de prévention, de santé et de sécurité.
© Laurent Rousselin / Amiens Métropole

20.11.2019

JDA 929

C’est dans l’espace industriel nord, chez Faiveley Transport (400 salariés), que sont fabriqués les systèmes de freinage ferroviaire, dont ceux des TER. L’entreprise équipe aussi métros, tramways, TGV et gère la maintenance. Elle participe par exemple à la création d’une ligne de métro à Hanoï au Vietnam et au prolongement du RER en région parisienne. Mais elle sait aussi se démarquer autrement : elle figurera bientôt aux côtés d’Ajinomoto, entreprise voisine avec qui elle s’est associée, parmi les premières sociétés à lutter contre le gâchis alimentaire en France. Un projet mené par six salariés volontaires qui « demande du temps, de l’engagement et de l’investissement », précise Émilie Mille-Mathias, membre du groupe de travail et responsable de la communication.

 

LES DÉCHETS AU COMPOST

Pour cette initiative subventionnée par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), Faiveley Transport est accompagnée par un prestataire spécialisé. Après une semaine de quantification du gaspillage, des solutions seront mises en place comme la transformation de déchets en compost ou le don de denrées à des associations. « Nous sommes fiers de nous lancer dans cette démarche, les employés aussi », ajoute Émilie Mille-Mathias. « C’est un challenge. Réduire le gaspillage a un impact sur toute la chaîne de production des aliments, de la fabrication au transport. Et les 200 personnes qui déjeunent au restaurant d’entreprise y sont sensibilisées », indique Fabrice Veret, responsable hygiène, sécurité et environnement. Il y a cinq ans, l’entreprise s’était déjà équipée d’un échangeur thermique qui réutilise la chaleur des compresseurs pour alimenter le chauffage. Son prochain projet va dans le même sens : se raccorder au réseau de chaleur de la ville.

//Lysiane Voisin