Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

De nouvelles chansons, un clip et un concert. Zoom sur l’amiénois Bertrand Devendeville, alias Ton Géant.

Fragile colosse © Christophe Flers

27.11.2019

JDA 930

Deux ans après la sortie de Ton Géant, Bertrand Devendeville porte à nouveau ses chansons sur scène. « C’est un album exutoire que j’ai écrit sur ordinateur en trois ou quatre mois, confie-t-il. Puis j’ai été rejoint par toute une bande et on a enregistré très vite. Au départ d’une couleur électro, le projet est devenu acoustique. » Les six musiciens qui l’entourent répètent aujourd’hui dans son appartement les titres, dont quatre inédits, qui seront joués à La Lune des pirates le 4 décembre. Bertrand chante, slame même parfois, des textes personnels, nés d’une plume tour à tour réaliste et fantaisiste. Le piano, le vibraphone et le quatuor à cordes l’entourent et procurent de l’intensité aux partitions de Ton Géant. L’histoire d’un amour perdu, d’émotions transformées en chansons…

 

UNE NUIT AU COLISEUM
Depuis quinze ans, l’auteur, compositeur et interprète pose sa voix et raconte le monde tel qu’il l’observe. Mais Ton Géant est différent des trois précédents albums signés sous le nom de Bertrand &. « L’esprit est moins festif », distingue-t-il. Il y aura pourtant des « clins d’œil à cette époque », le soir du concert. Comme avec le titre Juste, que le public reprendra sûrement avec l’artiste. « J’aime créer des rencontres », revendique celui qui en impose autant par sa taille (1,92 m) que par sa sensibilité. Et cela, jusque dans les vestiaires du Coliseum, où il a récemment tourné le clip de Casier 320, visible sur le Net. « Je connais cet endroit depuis l’enfance. Nous avons profité des travaux pour le filmer une dernière fois comme il était, le tout en une seule nuit. » Belle façon de mettre des images sur les maux d’un cœur grand comme ça.

//Candice Cazé

Ton Géant, en première partie de Baptiste W. Hamon, le 4 décembre, à 20h30, à La Lune des pirates 03 22 97 88 01