Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Goodyear : « Un site d’avenir »

Le site de Goodyear, fermé depuis trois ans, a été racheté fin mai. 
Son acquéreur, BT Immo, croit en son potentiel. Des projets se dessinent. 

Goodyear : « Un site d’avenir »  © Laurent Rousselin - Amiens Métropole
L’ancien site Goodyear accueillera dès la fin juin une entreprise de logistique.
 Un parc d’activités est aussi à l’étude. On ne sait pas encore ce qui succédera à l’usine.
© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

07.06.2017

JDA 841

Voilà l’acte de vente signé. Fin mai, le site Goodyear a officiellement trouvé preneur en la société BT Immo. Deux mois après la signature du compromis, David Taïeb, le dirigeant de l’entreprise, est donc allé au bout de sa démarche. Une démarche suivie de près, et depuis longtemps, par Amiens Métropole: « Goodyear nous a tenus informés des négociations. Très vite, David Taïeb s’est présenté à nous et à la chambre de commerce et d’industrie. Cela témoigne d’une démarche organisée et constructive », salue Alain Gest, président d’Amiens Métropole. « Le site est implanté dans une zone dynamique. Il y a un avenir, ici », assure David Taïeb.

 

PREMIERS EMPLOIS FIN JUIN

Depuis, le repreneur et la collectivité travaillent de concert. « La partie usine sera à terme démolie sous contrôle réglementaire de l’État, indique Hubert Flandre, directeur général adjoint d’Amiens Métropole chargé de l’attractivité du territoire. Il n’y a pas tant de choses à dépolluer, Goodyear a déjà avancé là-dessus. » Mais cela ne constitue pas la première étape du plan. En effet, BT Immo prévoit avant la fin du mois l’arrivée de Sun City, « une entreprise de logistique spécialisée dans l’enfance qui amènera quelques emplois », résume David Taïeb. Et ensuite ? « Il y a un potentiel de 20 000 mètres carrés pour créer un parc d’activités sur l’ancien parking et le terrain de football, estime le chef d’entreprise. Cela va dans le sens de ce que souhaitent Amiens Métropole et la CCI. » Quant à l’usine en elle-même ? « Démolir est très facile. Mais je ne veux pas le faire avant d’avoir un projet solide. En attendant, je reste ouvert ! »

//Jean-Christophe Fouquet