Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Hausse du prix de l’eau pour soigner le réseau © iStock

08.01.2020

JDA 934

L’éboulement sur les voies ferrées, survenu le 14 décembre au niveau du boulevard Jules-Verne et causé par une fuite de canalisation, est venu rappeler le mauvais état de certaines conduites. Et c’est justement pour entretenir ce réseau où l’on constate 30% de perte que le conseil d’Amiens Métropole a voté une réévaluation du prix du mètre cube d’eau. Sur la facture, les parts assainissement et redevances resteront inchangées mais celle concernant l’eau potable passera de 1 € à 1,10 €. L’abonnement augmentera également de 30,30 € à 33,30 €. « Cela permettra la mise en œuvre d’un programme ambitieux de renouvellement des conduites d’eau dans Amiens et son agglomération », a justifié Colette Finet, maire de Longueau et vice-présidente d’Amiens Métropole déléguée à l’eau et l’assainissement.

 

TOUJOURS MOINS CHER QU’AILLEURS
L’élue a tenu à rappeler que le prix du mètre cube, qui atteindra désormais 3,54 €, reste « bien en dessous de la moyenne constatée dans le bassin Artois-Picardie qui est autour de 4,58 € ». « Il faut savoir prendre ses responsabilités et des décisions pas forcément agréables, a commenté Alain Gest, le président d’Amiens Métropole. Notre volonté n’est pas d’assommer la population : nous avons d’ailleurs baissé la taxe des ordures ménagères. » Le budget primitif pour l’année 2020 adopté le 19 décembre dernier ne se traduit d’ailleurs par aucune augmentation des taux d’imposition.

//Antoine Caux

 

À NOTER

Prochain conseil d’Amiens Métropole le 13 février, à 18h, salle des assemblées de l’hôtel de ville.
Ouvert au public et en direct sur amiens.fr.

 

Aussi à l’ordre du jour

La passerelle Samarobriva sera réparée

Les expertises engagées sur la passerelle Samarobriva, fermée depuis plusieurs mois au niveau du parc Saint-Pierre, ont rendu leur verdict : elle pourra être réparée pour un montant s’échelonnant de 700 000 à 800 000 €. Un coût moindre que son remplacement, un temps redouté. Ce cas de figure se serait chiffré à 2,5M€ avec une indisponibilité de deux ans et demi. Plusieurs mois de travaux seront tout de même nécessaires. Pour le printemps et l’été prochain, des navettes fluviales seront mises en service pour traverser la Somme. Un dispositif déjà mis en place l’été dernier.

 

Un permis de diviser

En février, une délibération sera présentée au conseil d’agglomération pour instaurer le permis de diviser, dispositif encadré par la loi. Le principe ? « Quand un propriétaire souhaitera diviser son logement pour en faire plusieurs, il devra soumettre ses plans à l’administration intercommunale qui aura quinze jours pour vérifier que le projet respecte les surfaces minimales, les conditions d’hygiène ou de sécurité », a présenté Alain Gest, le président d’Amiens Métropole. À Amiens, la problématique est bien connue : de nombreuses maisons dites “amiénoises” ont été divisées en petits logements, parfois de mauvaise qualité et générant d’autres soucis, notamment un trop grand nombre de voitures dans les rues concernées par rapport aux places de stationnement disponibles. Pour les élus, l’offre de logement neuf est aujourd’hui suffisamment conséquente pour offrir une alternative aux locataires. La Ville d’Amiens ajoutera à ce projet une aide pour inciter les propriétaires à rétablir leurs maisons dans leur configuration d’origine.

 

L’avenir du site La Poste

Amiens Métropole envisage de devenir propriétaire, à l’euro symbolique, de l’ancien centre de tri de La Poste, rue Dejean dans le quartier Gare-la-Vallée, dont l’activité a été déménagée à Roye en 2016. Le site accueillerait dans un premier temps l’association de bande dessinée On a marché sur la bulle et Waide Somme (le département animation 3D de l’École supérieure d’art et de design). « On y trouverait un grand lieu d’expositions, de formations, de conférences », a ajouté Alain Gest qui a évoqué également l’arrivée du Fonds régional d’art contemporain. Selon le président d’Amiens Métropole, la Région Hauts-de-France serait prête à investir.

Télécharger le budget d'Amiens Métropole