Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Il vient de là, il vient des blouses

Dominique Ringard, 50 ans, docteur et musicien. Après sept ans à la tête de SOS Médecins France, cet ex-du SAMU, hyperactif et fan de concerts, élargit son répertoire en devenant le président du Zénith d’Amiens.

Il vient de là, il vient des blouses © Laurent Rousselin – Amiens Métropole
« Je vois trop de gens déconnectés de la réalité »
© Laurent Rousselin – Amiens Métropole

12.10.2016

JDA 812

Dans le large séjour, un piano à queue, une batterie et des guitares donnent à son pavillon de Saint-Fuscien des airs de studio d’enregistrement. « Ici, les soirées finissent souvent en bœuf ». Il y a aussi, rangé, un accordéon, celui par qui tout a commencé quand, à 12 ans, le petit Dominique jouait avec André Verchuren dans la campagne de Beauquesne. C’est au lendemain de la présentation à la presse de la saison du Zénith que Dominique Ringard et Gaby, le bulldog, nous accueillent pour le café du matin. On avait tout de suite eu envie d’en savoir plus sur ce quinqua aux yeux bleus et cheveux gris, surpris par le pedigree de ce docteur à SOS Médecins Amiens, ex-président de SOS Médecins France qui a négocié avec trois ministres de la Santé (Bachelot, Bertrand et Touraine – « pas facile, elle »), et qui vient de prendre les rênes du Zénith d’Amiens. Grand écart. L’homme est né le 6 avril 1966. La date est connue pour être le jour de la plus grande observation d’ovnis de l’histoire du côté de Melbourne. « C’est peut-être pour ça que je suis sur une autre planète », réagit-il. Son CV impressionne : doctorat en 1994, capacité en médecine du sport en 1995, en médecine de catastrophe en 1997, médecin au Samu de 1996 à 2010, président de l’antenne amiénoise de SOS Médecins depuis 2001, de SOS Médecins France de 2009 à 2016.

 

« MOI, JE VIENS DU BALOCHE »
Ce passionné par l’urgence, dont la vocation provient du médecin de famille rural du côté de Talmas, a aussi bossé dix ans sur le projet de l’espace santé Maurice-Ravel au nord d’Amiens dont il est l’administrateur. Touche-à-tout ? Assurément si l’on ajoute sa participation au conseil d’administration des Astelles, cette structure d’insertion professionnelle. Lui y voit un lien : « On comprend mieux le monde. Je vois trop de gens déconnectés de la réalité ». Mais alors que vient faire le Zénith dans l’histoire ? « J’y allais souvent, je viens du baloche, j’adore les lives. Et quand Nicolas (Bailly, ancien président du Zénith, ndlr) m’a dit qu’il arrêtait, je me suis dit pourquoi pas ? » Ce papa de deux grandes filles, batteuse et chanteuse, ne vient pas pour sauver le navire rouge : la salle frôlera les cent jours d’occupation pour sa neuvième année avec une programmation de 53 dates, son meilleur total avec 2014 depuis sa création en 2008.

 

SAUVEUR DE LA STAR AC’
« J’apporte ma vision pour que les choses se passent bien, se fixe-t-il. Et j’encaisse les responsabilités. Si la boutique coule, j’aurai des comptes à rendre. » Par contre, docteur Ringard a déjà sauvé des concerts comme lorsque deux chanteuses de la Star Ac’ n’avaient plus de voix avant de monter sur scène. Il ne donnera pas de noms. Mais, comme toujours avec lui, l’entrevue finira en chanson et au piano. Nougaro : “Tu verras…” Avant de filer vers un autre rendez-vous d’un agenda forcément bien rempli.

//Antoine Caux