Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Tandis que les travaux d’O’Tera, supermarché de produits locaux, vont s’achever et que ceux du futur hôtel hospitalier ont commencé, zoom sur la Zac.

Intercampus : “la ville du quart d’heure” © Créacom
Grâce au BHNS, cet éco-quartier, qui mixe logements, jardins et bureaux, se situe à un quart d’heure du centre-ville.
© Créacom

14.10.2020

JDA 959

Cinq hectares de prairies publiques, plus de 2 000 arbres plantés dont un hectare de vergers (JDA #922), des jardins familiaux… Et depuis peu des commerces qui s’implantent au rez-de-chaussée des immeubles d’Intercampus, cet éco-quartier de 80 000 hectares, qui a déjà attiré près d’un millier de résidents. La Zac, nouveau secteur du quartier Saint-Honoré / Jeanne-d’Arc, a permis d’injecter 40 millions d’euros dans l’économie. « C’est la ville à la campagne et c’est son ADN, analyse Martin Domise, président de la Sem Amiens Aménagement, aménageur et développeur pour le compte d’Amiens Métropole. C’est aussi ce que nous appelons “la ville du quart d’heure” grâce au BHNS qui traverse cette Zac et la situe à proximité du centre-ville, du CHU et des axes routiers. »

 

« GOMMER LES FRONTIÈRES »
L’implication des habitants est une autre de ses spécificités. « Ils apprécient le cadre et les initiatives que nous mettons en place, remarque Anne-Marie Guizou, l’une des trois vice-présidentes du comité de quartier Saint-Honoré / Jeanne d’Arc. Les animaux pour l’écopâturage, le poulailler Home Let (JDA #953) et les bacs à compost créent des opportunités de rencontres, des interactions… Les familles s’approprient leur environnement qu’ils considèrent comme leur propre jardin. » « Le travail accompli avec le comité de quartier est très partenarial et notre démarche est de gommer les frontières avec l’ancien quartier bordé par les rues Jean-Moulin et le boulevard de Châteaudun », observe Martin Domise. Fin octobre, ce quartier qui mixe lieux de vie, bureaux et loisirs s’ouvrira via l’axe Ambroise-Paré. Il le traversera d’est en ouest depuis la Zac Paul-Claudel jusqu’à la route de Rouen. Alors que seul un tiers du site est aménagé, la construction du futur hospitel (lire ci-dessous) accompagne cette nouvelle étape.

 

UNE CUEILLETTE À CÔTÉ DU SUPERMARCHÉ
Le 18 novembre, les premiers clients d’O’Tera découvriront route de Rouen un supermarché de « 928 m2 de produits frais en circuit court et sans concurrence. C’est-à-dire qu’il n’y aura qu’un seul type de carottes par exemple, détaille Frédéric Vandaele, responsable du concept. L’idée est de faire le lien entre ville et agriculture ». Avec les quatre hectares destinés à La Cueillette O’Tera d’Amiens où l’on pourra venir récolter fruits et légumes dès le printemps, c’est un air de campagne qui souffle sur la ville.

//Ingrid Lemaire

 

Un hôtel hospitalier innovant en 2022

Intercampus : “la ville du quart d’heure” © BLAU Architectes

© BLAU Architectes

Une structure hôtelière va s’implanter rue Ambroise-Paré en lien avec le CHU et les structures médicales environnantes (OrthoRobs, Biolab, Mipih, Institut ophtalmologique de Picardie…). Actuellement en construction, « ce futur hospitel sera conçu comme un établissement d’hébergement hybride pour loger les patients en déambulatoire, les familles, les visiteurs mais aussi les touristes, indique Joseph Caudevelle, directeur régional de Linkcity Île-de-France, le promoteur du projet. Cette offre proposera également un restaurant, une halte-garderie, une laverie, une conciergerie, un espace de travail… » Pensé comme un hôtel moderne et chaleureux, il sera composé de 125 chambres dont 13 suites – certaines dédiées aux enfants. Cet établissement répond à l’expérimentation des hôtels hospitaliers dans le cadre de la loi de finances de la Sécurité sociale de 2015 et permet la prise en charge des nuitées. L’opération à plus de 13 millions d’euros devrait s’achever courant 2022.