Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

L’Amiens de... Pierre Antoine 1 © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

19.12.2018

JDA 898

C’est l’histoire d’un géologue passionné de voile. D’un directeur de recherche au CNRS, 56 ans, qui vient de remporter La Route du rhum dans sa catégorie, prenant le risque de se dérouter pour secourir un concurrent. Tombé dans les bateaux chez une tante près de Perros-Guirrec, puis dans les transats avec un pote de lycée, Patrick Coulombel, des Architectes de l’urgence, cet aventurier voyage autant dans l’espace de l’océan que dans 
le temps avec les fossiles. Toujours au contact des éléments.

//Antoine Caux

 

Son terrain de jeux

Son bateau Olmix est une Formule 1 des mers. Très loin de sa vieille Opel avec laquelle il nous a rejoints au Jardin de Saint-Acheul. 
Ici, quatre cent mille ans d’histoire vous observent. Devant la coupe géologique, le spécialiste explique les différents niveaux de graviers mélangés au sable et amenés là par la Somme... « sauf qu’on est à 40 mètres au-dessus du fleuve actuel ». Attaché à cette vallée — « où il y a encore tant à découvrir » –, Pierre Antoine, admirateur de Boucher de Perthes, « un pionnier qui a démontré que l’homme était antérieur à l’histoire biblique », voudrait que l’on en prenne conscience : « Saint-Acheul, c’est aussi important que Lascaux ! L’Acheuléen, c’est le premier peuplement de l’Europe de l’Ouest, bien avant Néandertal ».

Jardin archéologique de Saint-Acheul (10, rue Raymond-Gourdain)

 

Ses rencontres

On peut être une pointure de l’ère quaternaire et s’être longtemps senti « inadapté » à l’école. « Ça s’est décanté quand
 j’ai découvert ce qui
 m’intéressait vraiment. »
 Une rencontre le chamboulera : Monsieur Modret, professeur de sciences naturelles au collège Jean-Marc-Laurent. « Il avait fondé un club de géologie, je venais avec mes fossiles ramassés en promenade. Le samedi, il nous emmenait arpenter les carrières du coin... » Une vocation naît. Des amitiés aussi. Avec de futurs archéologues comme Thierry Ducrocq. Avec de futurs marins comme cet ami surnommé Gaston. En 1979, Pierre Antoine et lui n’ont pas 17 ans mais embarquent à Quend direction la Bretagne sur un dériveur de 4 mètres : « Une aventure fondatrice ! Même avec les moyens du bord, on pouvait vivre des choses exceptionnelles avec un peu d’imagination et d’audace ».

Collège Jean-Marc-Laurent (rue Jean-Marc-Laurent)

 

L’Amiens de...  Pierre Antoine 2 © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

 © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

 

Son enfance

C’est dans ces bâtisses nichées aux bords de la Noye et tapies derrière Le Paraclet que le petit Pierre Antoine grandit.
 Ce site, près de Boves où il va à l’école en 2 CV, abrite l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques. « Il avait été abandonné pendant la guerre et servait à loger notamment
 des professeurs comme mes parents. Nous étions quelques familles, perdues dans ces 40 hectares de marais, au milieu de laboratoires désaffectés, de salles avec des microscopes, comme si les gens s’étaient évaporés... » Les germes d’un penchant scientifique ? « En tout cas, ceux d’un besoin
 de liberté et d’un esprit de découverte. »

Office national de l’eau et des milieux aquatiques

 

L’Amiens de...  Pierre Antoine 3 © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

 © Laurent Rousselin - Amiens Métropole