Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le 21 mars, le conseil d’Amiens Métropole a validé le principe d’un syndicat mixte Afin de préparer la fusion des deux offices publics de l’habitat à l’horizon 2020.

L'Opac et l'Opsom vers la fusion © Sébastien Coquille - Amiens Métropole

27.03.2019

JDA 908

L’un est rattaché à la Ville d’Amiens : l’Opac. L’autre au conseil départemental : l’Opsom. Tous deux sont des offices publics de l’habitat (OPH), des « bras armés des collectivités en matière de logements sociaux », comme l’a synthétisé le 21 mars Alain Gest, président d’Amiens Métropole, avant que l’assemblée ne valide le principe d’un nouveau syndicat mixte visant à préparer la fusion des deux offices (JDA #885). Suite à la promulgation de la loi Élan le 23 novembre 2018, il s’agit de se conformer aux nouvelles exigences de masse critique de logements gérés par un OPH : 12 000. Or, « l’Opac représente 14 500 logements et l’Opsom 6 000 », a rappelé Alain Gest. Le rapprochement fut lancé quand le projet de loi fixait le seuil à 20 000 logements par office. Si ce n’est donc plus le cas aujourd’hui, l’idée a continué son chemin.

L'Opac et l'Opsom vers la fusion © Sébastien Coquille - Amiens Métropole

© Sébastien Coquille - Amiens Métropole

FAIRE LE POIDS FACE AU PRIVÉ
« Nous ne voulions pas d’absorption, “manger” l’office du Département, a repris Alain Gest. Mais nous avions peur que les organismes plus petits puissent se retrouver en difficulté face au privé qui se développe beaucoup. » Il fallait donc « chercher les meilleures solutions » pour fusionner. Le principe retenu ? « Créer entre le Département et Amiens Métropole un syndicat mixte qui deviendra l’établissement public de rattachement de l’office issu de la fusion entre l’Opac et l’Opsom, véritable lieu de coordination des collectivités », a exposé Hubert Delarue, vice-président d’Amiens Métropole délégué à la politique de la Ville. Et cela « dans le respect des spécificités, notamment le caractère urbain ou rural de chaque territoire d’intervention ainsi que le maintien d’une gestion de proximité de qualité ». Par ce vote de principe, Amiens Métropole sollicite l’État, comme l’a expliqué Alain Gest : « Nous voulons valider les statuts de ce syndicat mixte afin de défendre le projet auprès de la préfecture ».

MAÎTRISER LA CONSTRUCTION DES LOGEMENTS SOCIAUX
Les conseils d’administration des deux offices se sont déjà déclarés favorables à la fusion. Quant au syndicat mixte, il sera présidé par un représentant d’Amiens Métropole. Le conseil d’administration comptera des locataires et du personnel des offices. Précision apportée par Alain Gest : « Cette fusion ne vise pas l’économie d’échelle, et il n’est pas question de s’aligner sur le moins-disant social ». Ce vote marque la première étape d’une « opération importante et très judicieuse pour l’avenir de la maîtrise publique sur la construction de logements sociaux ». Reste à affiner les contours de ce nouvel office qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2020.

//Jean-Christophe Fouquet

 

Aussi à l’ordre du jour

Barreau TGV : 2026, mais pas plus !
Dans la liste des souhaits émis via un vœu de la collectivité à l’occasion du Grand Débat national : le barreau Picardie-Roissy. Soit 7 km de ligne qui permettront au TGV d’arriver en gare d’Amiens. « La réalisation de ce barreau n’est plus qu’une question de calendrier », a resitué Alain Gest. Barreau il y aura. Mais quand ? « Il était prévu pour 2024. Puis a été décalé à 2026. Nous ne pouvons accepter d’autres reports ! » Voilà qui a été dit et validé à l’unanimité. Une rencontre entre les élus et le président de la République est prévue à l’Élysée le 29 mars. Le barreau y trouvera sa place.

Rocade nord-est, l’échangeur change
Inscrite au Contrat de plan État-Région 2015-2020, la requalification de l’échangeur entre la RN25 et la RN1 sur la rocade nord-est, à cheval sur les communes d’Amiens et de Poulainville, doit être réalisée pour 5M€. Amiens Métropole participe à hauteur de 1,1 M€ à cette opération de mise aux normes et de sécurisation. Les travaux débuteront en 2020.

 

À NOTER
Prochain conseil d’Amiens Métropole le 2 mai, à 18h, salle des assemblées de l’hôtel de ville. Ouvert au public et en direct sur amiens.fr.