Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Amandine Durand est l’un des quatre soigneurs qui veillent sur les otaries du zoo. Des mammifères de 80 à 250 kg que les visiteurs découvrent lors de leurs séances d’entraînement.

L’amie des otaries © Sébastien Coquille - Amiens Métropole
Quand l’otarie pose son nez sur le poing du soigneur ou sur une perche, c’est le target. L’un des premiers exercices d’entraînement des otaries.
© Sébastien Coquille - Amiens Métropole

03.07.2019

JDA 918

Ses otaries sont tatouées sur son bras gauche. Depuis septembre, Amandine Durand, 23 ans, soigne les quatre otaries et plusieurs espèces d’oiseaux du parc zoologique. « Enfant, je visitais souvent des zoos avec mes parents mais je ne sais pas expliquer cette passion », reconnaît-elle. Son parcours à l’Institut de formation en soins animaliers lui a permis d’effectuer un stage à Océanopolis à Brest. Ses yeux pétillent quand elle parle des otaries. Elle s’émerveille encore d’être allée chercher Yoni, en avril, à Duisbourg. « J’ai suivi son transport, j’ai échangé avec ses soigneurs allemands afin d’aider mes collègues à mieux connaître l’animal », raconte-t-elle. Chaque jour, Amandine et ses trois collègues passent chacun leur tour une demi-heure avec les otaries. Contrôle des petites blessures, des yeux, des dents, entraînement aux examens médicaux (ouvrir la bouche, se coucher, se mettre sur le côté…), exercices… Les otaries aiment jouer.

 

DEUX HEURES D’EXERCICES QUOTIDIENS
« Nos entraînements respectent leur comportement naturel. Les sauts au ballon rappellent leurs bonds sur les rochers pour échapper aux prédateurs. Idem pour les petits sauts rapides au-dessus de l’eau, que l’on observe lorsqu’elles chassent », explique la jeune soigneuse. Pour les soins médicaux, il s’agit de les entraîner à accepter l’examen en installant une vraie relation. Ainsi, il n’est pas nécessaire de les endormir. Chaque soigneur a sa spécialité. Amandine effectue les prises de sang de Mona, 7 ans, sans difficulté. « C’est incroyable la confiance qu’elle me donne. On peut aussi lui apprendre des choses sans lui donner du poisson. Avec elle, un bravo suffit. »

 

SENSIBILISER LE PUBLIC
Les entraînements publics ont lieu trois fois par jour le week-end et pendant les vacances scolaires à 11h, 14h et 16h. 300 places sont désormais disponibles dans les gradins, face au plus grand bassin du nord de la France. Le public y découvre les caractéristiques de ce mammifère marin : sa morphologie, son mode de vie, ses aboiements et ce qui le différencie du phoque et du manchot. « Pour sensibiliser le public à la préservation des espèces, il faut lui apprendre à mieux connaître les animaux », estime la jeune femme. D’autres animations sont en projet avec l’équipe pédagogique sur les menaces engendrées par la pollution.

// Lysiane Voisin

 

Le zoo sur Ushuaïa TV

Une équipe d’Ushuaïa TV, la chaîne nature et environnement du groupe TF1, est venue tourner un épisode de son émission Une vie de bêtes au parc zoologique d’Amiens Métropole la semaine dernière. La diffusion est prévue à la fin de l’année. On y découvrira le métier de soigneur, une séquence sur les suricates, l’aménagement de l’enclos des tortues de Floride, un entraînement médical avec les tapirs. « Accueillir un média national est valorisant pour le parc », se réjouit Pierre Bouthors, chargé de communication au zoo. L’équipe a aussi pu découvrir les travaux d’extension et de réhabilitation du site. Les deux tigres de Sumatra seront accueillis à la fin de l’année. La baie vitrée de dix mètres de long pour les observer arrivera en août.