Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

L’Amiens UC et l’US Camon échafaudent le délicat retour des entraînements autorisés. Le premier avec ses athlètes qui visent les championnats de France, le second pour ses jeunes. 

L’athlétisme en chambre d’appel  © iStock

20.05.2020

JDA 944

Le tourniquet installé à l’entrée du stade Urbain-Wallet en février va enfin servir. Même s’il ne devrait pas s’user trop vite. L’entraînement est désormais autorisé mais les règles contraignent le club de l’AUC à un véritable casse-tête et à multiplier les réunions. Résultats : les 850 licenciés ne pourront pas tous reprendre, et notamment les enfants. « C’est impossible dans des conditions optimales », regrette Christophe Guibon, le directeur sportif de l’AUC. Ce sont les athlètes à partir des cadets qui rechausseront les pointes, « ceux avec des objectifs nationaux ». La pandémie a non seulement décalé les JO à 2021 mais aussi les championnats de France de juin à septembre. Priorité aux athlètes de haut niveau : la sprinteuse Stella Akakpo, le coureur de 400 m Thomas Jordier ou la lanceuse de poids Jorinde van Klinken qui se sont tous entraînés à distance. Le lanceur Jean-Baptiste Bruxelle a même pu continuer d’envoyer ses marteaux dans la ferme familiale...

 

NEUF JEUNES ET UN ENCADRANT MAXIMUM

Accompagnement à distance aussi du côté de l’US Camon pendant le confinement. Pour les adultes, il se poursuit. Le club jaune et noir, 423 licenciés, veut limiter l’utilisation de son stade Lucien-Jovelin à ses jeunes, « nos forces vives, comme les appelle Daniel Gouin, le président. Les cinq entraîneurs ont tous été partants pour réorganiser le planning des entraînements car il faut limiter les groupes à neuf jeunes et un encadrant ». Les athlètes devront respecter une charte, signer un registre à chaque séance. Retour escompté début juin. La marche nordique reprend aussi (cinq mètres doivent être respectés entre les marcheurs, lesquels ne doivent pas être plus de dix). Les Virades de l’espoir, la course que le club organise chaque année, sont toujours programmées le 27 septembre. « On fera ce que l’on nous dit de faire, ne s’emballe pas Daniel Gouin. La santé prime. »

//Antoine Caux

 

Pas de 100 km mais un 5, 
un 10 et un semi le 17 octobre

Avec ou sans pandémie, il n’y aurait pas eu de 100 km cette année à la mi-octobre sur les rives de la Somme. L’épreuve devant servir de support aux championnats de France de la discipline avait très tôt été décalée à avril 2021. Reste que Promotion Sport Picardie (PSP), l’organisateur, maintient la date du
 17 octobre pour un 5 km, un 10 km ainsi qu’un semi-marathon. « Les événements que nous vivons tous dicteront notre attitude, fait part Jean-Claude Pieri de PSP. Le comité d’organisation prendra une décision définitive début septembre. »