Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Les mesures sanitaires prises le 28 septembre dans la Somme suite au classement du département en zone de circulation active du virus sont prolongées jusqu’au 26 octobre.

« L’avenir est entre nos mains » © Laurent Rousselin - Amiens Métropole
Dans la rue des Trois-Cailloux tout comme dans le périmètre de la zone 30 et à Saint-Leu, le port du masque est obligatoire.
© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

14.10.2020

JDA 959

Les mesures de restrictions prises par la préfecture de la Somme le 28 septembre concernant les rassemblements et l’obligation du port du masque dans certaines zones suite au classement du département en zone rouge (JDA #957) sont prolongées jusqu’au 26 octobre. « Le taux d’incidence du virus constaté dans la Somme au 9 octobre est de 97,4 pour 100 000 habitants alors qu’il était de 27 pour 100 000 le 7 septembre. L’augmentation du nombre de contaminations est notamment constatée dans les zones à forte densité de population », indique la préfecture. La circulation active du virus est en progression et « justifie des mesures de limitation des interactions sociales afin de freiner sa propagation », confirme de son côté l’ARS des Hauts-de-France dans l’arrêté préfectoral.

 

RESPECTER LES RÈGLES
Amiens n’échappe pas à la règle : la fermeture à minuit des bars et restaurants, l’interdiction de la vente de boissons alcooliques à partir de 22h et l’obligation du port du masque dans le périmètre de la zone 30 du centre-ville ainsi qu’à Saint-Leu restent d’actualité. « La Ville a réalisé des marquages provisoires au sol afin de visualiser cette obligation dans les secteurs concernés, indique Brigitte Fouré, le maire d’Amiens. L’objectif est d’inviter à respecter les règles. » Depuis l’instauration des mesures, cinq verbalisations pour rassemblements interdits ont été dressées et 189 pour le non-port du masque (135€). « Si nous observons tous ces mesures, l’avenir est entre nos mains. » L’annulation de la réderie d’automne a été « une décision concertée et raisonnable prise par les organisateurs », rappelle l’édile. La préfecture avait quant à elle décidé de maintenir la Foire-exposition selon un protocole sanitaire renforcé avec « un comptage aux entrées et un accès fermé en cas d’affluence ».

 

LE MARCHÉ DE NOËL EN QUESTION
Le Marché de Noël, qui attire près d’un million de personnes chaque année, est à son tour en discussion. « Les commerçants du centre-ville souhaitent sa tenue. S’il devait l’être, il ne le serait pas sous sa forme traditionnelle. » Il pourrait être implanté dans plusieurs endroits et un comptage pourrait être Ville a réalisé des marquages provisoires au sol afin de visualiser cette obligation dans les secteurs concernés, indique Brigitte Fouré, le maire d’Amiens. L’objectif est d’inviter à respecter les règles. » Depuis l’instauration des mesures, cinq verbalisations pour rassemblements interdits ont été dressées et 189 pour le non-port du masque (135€). « Si nous observons tous ces mesures, l’avenir est entre nos mains. » L’annulation de la réderie d’automne a été « une décision concertée et raisonnable prise par les organisateurs », rappelle l’édile. La préfecture avait quant à elle décidé réalisé. Les chalets seraient moins nombreux (130 habituellement), plus espacés et dotés d’un système de barrière. Les manèges seraient également revus à la baisse et les animations annulées… « Toutes les hypothèses sont étudiées.Nous devons aussi observer ce que les autres villes décident afin de ne pas concentrer les visiteurs sur un seul marché (ceux de Lille et d’Arras sont annulés, ndlr). D’ici fin octobre nous serons fixés mais tout dépend des indicateurs sanitaires. » En attendant, on reste vigilant. 

//Ingrid Lemaire