Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

L’atout du comité régional du tourisme des Hauts-de-France se nomme Ruying Wang. Cette amiénoise invite les chinois 
à passer leurs vacances ici. Sa recette : miser sur le lien humain.

L'effet Ruying © Laurent Rousselin-Amiens Métropole
« Les Chinois aiment le patrimoine, la culture, le shopping... Amiens réunit tous ces atouts »
© Laurent Rousselin-Amiens Métropole

14.02.2018

JDA 867

Sur sa carte de visite, on peut lire : Ruying Wang, Business Manager China, HK & TW. HK pour Hong-Kong, TW pour Taïwan. Le périmètre d’action de cette Amiénoise de 31 ans dépasse celui de l’immense Chine. Pour qui travaille-t-elle ? Le Comité régional du tourisme des Hauts-de-France qui l’a recrutée il y a cinq ans. Mais sa fascination pour la France a déjà dix ans. À l’époque, la jeune femme décide de poursuivre ses études dans le management touristique du côté d’Angers. « Puis, j’ai suivi mon petit ami à Antibes. Après plusieurs stages, j’ai fini par chercher du travail. Deux offres d’emploi m’intéressaient. La première à Monaco dans une entreprise de luxe, la seconde à Amiens au Comité régional du tourisme. J’ai tranché après ma rencontre avec Jean-Philippe Gold, son directeur. » La Sino-Amiénoise, née près de Shanghai, est aujourd’hui ravie d’habiter une ville à taille humaine. Un concentré de France que les Chinois apprécient aussi.

 

EMPATHIE ET TÉNACITÉ

En cinq ans, l’effet Ruying a opéré avec une croissance exponentielle du nombre de visiteurs passé de 140 à 21 000. La méthode de Ruying Wang repose certes sur sa double culture mais aussi sur sa capacité à créer du lien. « Il faut savoir dialoguer avec les tour-opérateurs, maîtriser et animer les réseaux professionnels et personnels. Être à l’écoute des besoins et proposer des solutions rapidement. » Considérer le visiteur comme un ami, c’est l’ADN du Comité régional du tourisme. Ruying Wang en est une ambassadrice de qualité. Tout comme d’Amiens que cette professionnelle ne cesse de promouvoir : hortillonnages, cathédrale, quartier Saint-Leu... « Les Chinois apprécient ces sites. Ils aiment le patrimoine, la culture, le shopping et l’art de vivre à la française. Amiens réunit tous ces atouts. »

 

INITIER À LA CUISINE PICARDE

Côté gastronomie, impossible pour elle de départager les deux cuisines qu’elle élève « au rang d’art ». Elle ne manque donc jamais d’initier ses groupes de touristes aux ficelles picardes et aux tuiles en chocolat, allant jusqu’à programmer une balade sur les pas du président Macron. Selon Ruying Wang, la région n’aurait qu’un défaut : le quart d’heure picard ! Un sujet qui anime les conversations avec ses nouveaux amis venus des quatre coins du monde. « Après mes déplacements en Chine pour former des professionnels, j’adore revenir à Amiens. Chaque soir, je marche près d’une heure dans la ville. Ici, l’air est tellement sain. » Et quel est le prochain projet de la plus amiénoise des Chinoises ? « S’attaquer au marché du tourisme d’affaires. » Avec persévérance et passion.

//Kaltoume Dourouri