Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La rénovation intégrale du stade d’Amiens sera inaugurée à l’occasion du match entre l’ASC et Monaco le 4 décembre. Quinze millions d’euros ont été investis pour en faire une vraie enceinte de ligue 1. 

La Licorne en état de grâce 1 © Laurent Rousselin-Amiens Métropole
La rénovation intégrale du stade d’Amiens sera inaugurée à l’occasion du match entre l’ASC et Monaco le 4 décembre.
© Laurent Rousselin-Amiens Métropole

28.11.2018

JDA 895

« Une magnifique pelouse et un stade qui n’a plus rien à voir avec l’époque où Lens y évoluait (2014-2015, ndlr). » Le compliment est signé Stéphane Guy, le commentateur de Canal + au micro de l’affiche entre Amiens et Marseille, dimanche dernier, en clôture de la 14e journée de Ligue 1. La Licorne a eu les honneurs du prime time et montré son nouveau visage à la France du football. Et c’est lors d’un nouveau grand rendez-vous, face à Monaco (octuple champion de France mais à la traîne derrière l’ASC au classement), que cette Licorne nouvelle formule, désormais baptisée stade Crédit Agricole de La Licorne, sera officiellement inaugurée avec des animations avant et après le match. Les habitués des travées du stade amiénois savent bien qu’ils sont passés de la nuit au jour. Ce vaisseau de verre, disait-on, livré en 1999 dans le sillage du tout nouveau Stade de France, a très (trop) vite perdu son lustre.

« UNE FIERTÉ »

Il aura fallu 15 millions d’euros d’Amiens Métropole pour lui donner ses lettres de noblesse et un standing de Ligue 1. « C’est beaucoup d’investissements et beaucoup d’énergie, déclare Guillaume Duflot, le vice-président de la collectivité délégué au sport. Mais c’est une fierté aujourd’hui de voir le résultat. »

UN AUDIT EN 2015

Retour en arrière. Décembre 2015. La tribune nord est fermée suite aux conclusions d’un audit commandé par Alain Gest, le président d’Amiens Métropole. Le stade n’a que seize ans mais la charpente métallique qui soutient les plaques de verre est mangée par la corrosion. Débutent alors la dépose de ces plaques et les matchs sous la pluie pour un public réchauffé par les résultats sportifs de l’ASC qui vole d’abord vers la Ligue 2 puis vers l’élite du football français.

TOUT EST FINI

En mai 2017, La Ligue 1 s’ouvre à Amiens, la tribune est du stade, elle, ferme, première étape de travaux menés de fond en comble. Ils dureront un an. Spot par spot. Tribune par tribune. Arche par arche. Panne par panne, ces barres horizontales sur lequel est désormais tendu de l’ETFE, un matériau très résistant préféré au verre. Les travaux de toiture auront représenté à eux seuls près de 10 millions d’euros. « Je déplore que le stade n’ait pas été mieux entretenu avant notre arrivée aux commandes, pointe Alain Gest. Aujourd’hui tout est fini et il faut remercier les supporters qui sont venus soutenir leur équipe malgré les conditions. » Désormais place au jeu. Rien qu’au jeu.

//Antoine Caux

 

Amiens / Monaco, le 4 décembre, à 19h


Au stade de La Licorne, 16e journée de Ligue 1

Stands de maquillage et animations dès 17h30 (porte A)

Surprises à la fin du match

 

// Pourquoi La Licorne ?

Le nom du stade d’Amiens provient 
des deux licornes qui ornent le blason 
de la ville. La licorne symbolise la pureté chevaleresque et la fidélité de la commune au roi de France.

 

// « LA SECONDE MAISON DES SUPPORTERS AMIÉNOIS »

Avec 12 000 places, La Licorne – régulièrement à guichets fermés – est le premier équipement de spectacle et de loisirs de l’agglomération. « C’est la seconde maison des supporters amiénois et elle est enfin digne de cette Ligue 1 qui accroît la notoriété de la ville. Grâce à cette Licorne rénovée, Amiens s’affiche », estime Guillaume Duflot, vice-président d’Amiens Métropole délégué au sport qui réfléchit 
à baptiser les quatre tribunes de noms 
de joueurs et de personnalités qui ont marqué l’histoire du club.

 

// UNE PELOUSE SUR LE PODIUM DE LA LIGUE 1

Elle a été des années critiquée. Elle est aujourd’hui une référence. La nouvelle pelouse du stade de La Licorne installée cet été est « un billard », confirme Christophe Pelissier, l’entraîneur de l’ASC. Le gazon amiénois figure à la troisième place du très sérieux championnat de France des pelouses de la Ligue de football 
professionnel. À chaque
 journée de Ligue 1, 
l’arbitre, les entraîneurs et
 les capitaines de deux 
équipes jugent la qualité 
du terrain. La pelouse
 amiénoise financée par
 Amiens Métropole affiche 
une excellente note de
 18,5/20, à égalité avec celle de Guingamp (championne de France en titre) et derrière celle du Paris-Saint-Germain (18,8 et titrée les deux saisons précédentes). Loin devant Dijon (quatrième avec 16,9). Fini donc les bourbiers de l’hiver à La Licorne qui empêchaient le beau jeu et favorisaient les blessures. La météo picarde n’a plus d’incidence sur ce nouveau gazon hybride qui mélange herbe naturelle et microfibres synthétiques et qui bénéficie de systèmes de chauffage et d’arrosage installés sous le terrain. À équipement exceptionnel, entretien exceptionnel : la pelouse est tondue après chaque match et profitera cet hiver de luminothérapie pour assurer la pousse du gazon malgré le manque d’ensoleillement. Un terrain high-tech qui a un prix : 1,5 million d’euros. L’entretien est à la charge de l’ASC.

 

La Licorne en état de grâce 2 © Laurent Rousselin-Amiens Métropole

© Laurent Rousselin-Amiens Métropole