Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le contexte sanitaire a saboté la rentrée de La Lune des pirates : jusqu’au 31 octobre, les concerts sont reportés ou annulés. Mais la salle des musiques actuelles riposte. Entretien avec son directeur, Antoine Grillon.

La Lune ne veut pas décrocher © Ludo Leleu
Le 18 septembre, première soirée Éclipse avec Norma. Un concert intimiste version cabaret.
© Ludo Leleu

23.09.2020

JDA 956

JDA : La pandémie est un coup dur pour la reprise.

La Lune ne veut pas décrocher © Ludo Leleu

© Ludo Leleu

Antoine Grillon : Fin août, le Syndicat des musiques actuelles et le monde du spectacle vivant ont rencontré le Premier ministre et la ministre de la Culture afin d’obtenir des réponses sur les conditions de reprise. Mais les concerts avec des spectateurs debout restent interdits. Au-delà du lien rompu avec le public, c’est l’économie qui est ébranlée : pas de recettes pour les producteurs, les artistes, les techniciens…

 

Comment La Lune des piratess’est-elle adaptée ?

La plupart des concerts qui avaient été annulés depuis mars devaient être reprogrammés à partir de la rentrée. Maintenant, ce sont ceux jusqu’au 31 octobre qui sont à nouveau annulés ou reportés. Cependant, des dates pourraient être maintenues en configuration assise en les basculant à la Maison de la culture, au Safran, à la Maison du théâtre… En accord avec nos partenaires institutionnels, nous nous sommes engagés à régler leurs acomptes aux artistes afin de ne pas aggraver leurs difficultés.

 

Quelles alternatives proposez-vous ?

Le 18 septembre, on a lancé les concerts en version cabaret, baptisés Éclipse. Chaque vendredi jusqu’à fin octobre, une quarantaine de spectateurs assis sont accueillis dans le respect du protocole sanitaire. Cette formule renoue avec les prémices café-musique du lieu. Et les 3 et 4 octobre, on relancera les Balades de la Lune en barque avec concerts sur les îlots, déjà appréciés du public cet été.

 

Qu’en est-il de vos autres missions ?

On poursuit le travail avec les jeunes et les publics empêchés. Le travail d’accompagnement et de création est renforcé. Mais nous manquons de visibilité pour inventer d’autres formes. Même si nous sommes réactifs, pouvoir reprendre une saison normale serait bénéfique à La Lune, déjà en difficulté.

//Propos recueillis par Ingrid Lemaire

 

• Éclipse, les vendredis, de 20h à 21h45, sur réservation – Lucie Antunes le 25 septembre, Terrier le 2 octobre, Cléa Vincent le 9, Poundo le 16, Cheap House le 23 et Okala le 30, à La Lune des pirates

• Balades de la Lune, les 3 et 4 octobre avec Terrier (14h) et Verlatour (16h)

Embarquement au port à Fumier à Camon (35, rue Roger-Allou)

Se présenter quinze minutes avant

03 22 97 88 01 – lalune.net