Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

À l’occasion de l’arrivée du BHNS, la ville a été repensée afin que chacun y trouve sa place. Le 15 juin, Amiens Métropole inaugure ses nouveaux espaces publics.

La fête dans une ville refaite © Laurent Rousselin - Amiens Métropole
L’esplanade Branly et son nouveau parvis Nicole-Fontaine, symboles d’une ville réinventée.
© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

12.06.2019

JDA 915

L’arrivée de Nemo et du nouveau réseau, c’était le 11 mai. Ont suivi cinq semaines de gratuité des bus. Le 17 juin, le réseau retrouvera sa billettique (lire ici) mais restera gratuit tous les samedis. Parallèlement aux bus à haut niveau de service, ces deux dernières années ont vu Amiens se transformer en de nombreux endroits via le projet Dessine-moi ma ville, lequel représente 55 M € sur les 122 M € de l’opération. Après la réception du dépôt de bus le 30 mars, puis le lancement de Nemo, voilà donc venu le temps de « la troisième étape » annoncée par Alain Gest, président d’Amiens Métropole : « L’inauguration festive des nouveaux aménagements urbains à l’occasion du festival La Rue est à Amiens ».

 

MÉTAMORPHOSE ENVIRONNEMENTALE
Le 15 juin seront inaugurés des « aménagements de grande qualité » conçus pour que chacun puisse « redécouvrir la ville dans toute sa richesse », comme l’exprime Brigitte Fouré, maire d’Amiens. Car cette métamorphose « architecturale et environnementale » vise tous les modes de transports, du piéton à l’usager du bus en passant par le cycliste et l’automobiliste. Le long des 50 km de voies repensées ou créées (dont 10 km en “site propre”, réservés aux bus), on dénombre ainsi quelque 2 600 arbres nouvellement plantés et 11,5 km d’aménagements cyclables supplémentaires. Et des places enfin « sécurisées et praticables par tout le monde », dixit Alain Gest. Y compris par les personnes à mobilité réduite, ce qui renforce le label Destination pour tous obtenu en 2017.

 

TRANSFORMATION URBAINE
Voici les réalisations les plus importantes : un dialogue avec l’eau, de la place Vogel au carrefour de la citadelle entièrement repensé ; des couloirs de verdure le long des boulevards intérieurs sud ; la traversée de la cité scolaire par les bus ; la refonte de la rue Alexandre-Dumas ; une nouvelle voie bus menant à Intercampus via un carrefour de la Libération libéré de son rond-point ; une place Foch agrémentée d’une esplanade, nommée Simone-Veil. Et enfin, dernier endroit à avoir été achevé : la reprise totale de l’esplanade Branly. Le tout en matériaux durables, à l’instar du granit poli que l’on retrouve sur les quais bus. Jusque-là très problématique, l’esplanade Branly a été grandement simplifiée, ce qui a permis de supprimer le bitume du parvis de l’église Saint-Honoré. Ce dernier a désormais un nom : Nicole-Fontaine. On y retrouve verdure, modes de déplacements doux et mobilier urbain représentatif des nouveaux aménagements. Le tout sans sacrifier la fluidité de la circulation grâce au recouvrement de la trémie au-dessus de la voie ferrée – un chantier impressionnant mené l’été dernier. C’est d’ailleurs sur ce parvis, point d’arrivée des girafes, que s’achèvera la journée d’inauguration du 15 juin. Tout un symbole. Après celui des chantiers, voici venu le temps de la fête.

//Jean-Christophe Fouquet

Inauguration des espaces publics, le 15 juin, à 18h, place de l’Hôtel-de-Ville

 

 

Odyssées des espaces… publics

Deux compagnies ont été sélectionnées pour inaugurer les nouveaux espaces publics le 15 juin : Urbaphonix et la Cie Off, accompagnée de ses girafes rouges.

La fête dans une ville refaite © D. R.

© D.R.

Les bruits de la ville peuvent-ils se transformer en musique ? Oui, répond la Compagnie Urbaphonix avec son spectacle Décor Sonore. Férus d’improvisations, ses membres prennent à bras-le-corps le quotidien pour en extraire la musicalité. En composant avec les sons qu’ils croisent, en faisant sonner les volumes. Ces “street-jockeys” se retrouveront au pied de la tour Perret, rue de Noyon, à 14h15 et 17h15 (à chaque fois pendant trois quarts d’heure), à deux pas de la place de la gare, pôle d’échanges désormais adapté aux Nemo. 

 

CES GIRAFES VALENT LEURS COUS
Quant à la fantaisie animalière de la Cie Off, Les Girafes, forte de dix ans de succès à travers le monde, elle sillonnera la ville de long en large. Mais surtout de haut, avec nonchalance. Ses girafes rouges, animées par des échassiers et très sensibles à leur environnement et aux vocalises d’une diva, débuteront leur tournée par le marché sur l’eau, place Parmentier, à 10h30, avant de se disperser quarante-cinq minutes plus tard. Rendez-vous suivant à 15h place Alphonse-Fiquet, d’où elles partiront vers le Cirque via les voies bus des boulevards. On les retrouvera vers 18h30 place de l’Hôtel-de-Ville. De là elles iront place Léon-Gontier, en réponse à l’appel de leur diva. Une fois la troupe réunie, elle se dirigera vers le parvis Nicole-Fontaine de l’esplanade Branly pour le bouquet final de 19h.

Rendez-vous du 15 juin :

• Cie Off, à 10h30, place Parmentier, à 15h, place Alphonse-Fiquet, à 18h30, place de l’Hôtel-de-Ville, et à 19h, parvis Nicole-Fontaine

• Urbaphonix, à 14h15 et 17h15, rue de Noyon

 

Nemo en fanfares

La fête dans une ville refaite © Cie du Tire-Laine

La Globalade, l'une des fanfares programmées.     

© Cie du Tire-Laine

Quatre parkings relais. Quatre lignes Nemo. Et quatre fanfares. Le 15 juin, ça va swinguer dans les bus à partir de 14h30. Principe : monter le son sur les parkings, sur les lignes puis lors d’arrêts en musique, les fanfares passant alors d’un bus à l’autre. Au départ du parking relais du pôle Jules-Verne de la N1, à Géant, la fanfare La Globalade assurera un show exotique. À celui de l’IUT, sur la N2, ce sera la loufoque Fanfare Top. Sur la N3, qui s’élance de Shopping Promenade, on retrouvera Les Grooms, des Spirou armés de cuivres. Et enfin, au pôle Licorne de la N4, Les New Stompers flirteront avec le théâtre de rue. Fanfare sur le gâteau : le Nolam Brass Band et ses airs de Louisiane feront vibrer le quartier Saint-Leu. Départ à 14h30 de la place Vogel.

 

Amitiés au square de Darlington

La fête dans une ville refaite © Vincent Vanhecke

Décor Sonore de la compagnie Urbaphonix.

© Vincent Vanhecke

Soixante-cinq ans d’amitié avec Darlington, cela se fête. Une plaque commémorative à l’anglaise, don à Amiens de sa jumelle britannique, sera ainsi dévoilée le 15 juin sur le square portant son nom, aux côtés de délégations de Darlington mais aussi de Tulsa (États-Unis), Dortmund et Görlitz (Allemagne), autres villes jumelées à Amiens. Toutes partiront du parking relais Promenade à 14h30 en compagnie des élus et de la fanfare Les Grooms pour se retrouver sur ce square longeant un boulevard des Déportés transfiguré.

 

Citadelle : remparts éclairés

La fête dans une ville refaite © Sébastien Coquille - Amiens Métropole

© Sébastien Coquille - Amiens Métropole

Désormais ouverts du vendredi au dimanche, de 8h30 à 18h, les remparts de la citadelle et leurs jardins jouent les prolongations en début de soirée le 14 juin, de 17h30 à 20h30, pour l’inauguration de La Rue est à Amiens (lire ici). Des visites conviviales d’un quart d’heure vont s’enchaîner épicées par des guides-conférenciers éparpillés sur la toiture du grand casernement, sur le bastion de Béarn ou près du Logis du gouverneur. Pour comprendre les fortifications, mieux lire les paysages, découvrir les espaces publics et l’art de l’architecte Renzo Piano.