Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

L’entreprise amiénoise Sigo démocratise la thérapie du voyage avec son simulateur Grand-Via. Une virée apaisante le long de la Somme. 

La santé sur les rails  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole
Ce simulateur de voyage soulage les patients atteints de maladies neurodégénératives.
© Laurent Rousselin / Amiens Métropole

15.05.2019

JDA 912

Depuis un mois, un curieux wagonnet s’est niché dans un hall du centre Saint-Victor. À l’intérieur : quatre fauteuils en vis-à-vis, un porte-bagages, des rideaux et, à la place de la fenêtre, un grand écran qui diffuse la vidéo d’un trajet en train sur les bords de la Somme. Ce compartiment baptisé Grand-Via a presque tout d’un vrai. Il est le premier né de la jeune entreprise de l’innovation sociale Sigo fondée par Jean-Christophe Froment et la psychomotricienne en gériatrie au CHU d’Amiens Julie Ernecq. Basé sur un concept né en Italie, ce décor, simulateur de voyage, est un véritable outil thérapeutique. Destiné aux patients atteints de maladies neurodégénératives comme Alzheimer, il permet, selon une étude, de baisser de 40 % le recours aux médicaments et de 30 % les problèmes de déambulation. Une victoire au concours d’innovations santé Silver Surfer, référence dans les Hauts-de-France, ainsi que le soutien de la SNCF ont permis aux deux entrepreneurs de financer la fabrication 100% française de ce prototype mis à disposition de l’hôpital.

 

UN MODÈLE CLÉS EN MAIN

« Nous proposons un modèle clés en main facilement démontable ainsi qu’un protocole médical d’accompagnement pour 19 900 €, soit deux fois moins cher que la cabine concurrente vendue actuellement en France », annonce Jean-Christophe Froment. « Plusieurs Éhpad pourraient ainsi investir ensemble et se le partager, même si l’idéal reste d’en avoir un au quotidien », appuie Julie Ernecq, référente de Grand-Via à Saint-Victor. Parmi les 360 résidents du centre, une quinzaine est déjà montée à bord et le personnel est formé progressivement. Les retours sont très positifs. « Certains patients se rappellent d’anciens voyages, d’autres commentent le paysage, lisent, communiquent ou mangent mieux, s’apaisent avec le son et les images. » Accompagné depuis le début par la direction de l’innovation et de la recherche du CHU et le professeur en gériatrie Frédéric Bloch, ce wagon ne demande qu’à se multiplier. « Nous recherchons d’ailleurs un agent commercial, des groupes mutualistes et des mécènes pour aider les établissements à s’équiper. » À bon entendeur !

//Coline Bergeon