Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le CCAS en soutien des aînés et des plus fragiles

Portage de repas, soutien téléphonique, aide d’urgence : le Centre communal d’action sociale de la Ville d’Amiens poursuit ses missions envers nos aînés. « En cette période de confinement, nous devons redoubler de solidarité », encourage Brigitte Fouré, maire d’Amiens.

ccas

26.03.2020

Depuis l’apparition du coronavirus, le 0 800 60 50 00, le numéro vert Écoute seniors de la Ville d’Amiens, fonctionne à plein régime. « Nous avons beaucoup d’appels pour les portages de repas », indique Catherine Girard, la directrice du Centre communal d’action sociale (CCAS). Depuis le 17 mars, une vingtaine de demandes sont étudiées chaque jour. L’effectif des équipes de livraison a été renforcé en conséquence.Ce service est destiné aux personnes âgées, handicapées ou récemment hospitalisées dans l’incapacité de sortir ou de se faire aider par des proches ou un assistant de vie. « Pour les autres, nous disposons d’un fichier de commerçants prêts à assurer des livraisons à domicile. Cette solution est d’ailleurs valable pour tous les habitants car elle minimise les interactions sociales. »

En contact avec 6 000 Amiénois

Chaque jour, les agents du CCAS téléphonent aussi aux personnes recensées sur le registre communal Fragilist. Actuellement, ils sont 2 500. Ce sont des personnes malades, isolées ou ayant des difficultés à se déplacer. Aucun critère d’âge n’est requis mais il s’agit en majorité de personnes âgées, ou handicapées. Depuis le confinement, le registre compte une centaine de nouveaux inscrits. Le CCAS contacte également ceux qui bénéficient des animations seniors de la Ville. Ce sont près de 6 000 personnes dont il est nécessaire de prendre des nouvelles. « Il est important de ne pas rompre le lien, d’autant que nos visites à domicile sont suspendues », insiste Catherine Girard.

L’aide d’urgence mobilisée

Le CCAS a par ailleurs anticipé les difficultés des familles économiquement fragiles et renforcé ses contacts avec celles identifiées. « On assure d’abord les aides alimentaires. La semaine dernière, nous avons secouru une quinzaine de familles. » Le CCAS continue de répondre à l’urgence, d’écouter les problématiques et d’apporter des solutions. Catherine Girard l’assure : « Nous nous tenons prêts ».

//Ingrid Lemaire

Pour s’inscrire sur le registre Fragilist cliquez ici ou téléphonez au 0 800 60 50 00