Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le Ciné St-Leu se confine sur Internet

Le mercredi, jour des sorties dans les salles ? Ça, c’était avant. Zoom sur la situation des cinémas avec Boris Thomas, directeur du Ciné St-Leu, qui propose des films en vidéo à la demande sur le Web.

Le Ciné St-Leu se confine sur Internet © @Guillaume Bergeret

08.04.2020

amiens.fr : Quelle fut votre dernière séance avant confinement ?

Boris Thomas : Vivarium, le 14 mars, à 21h. Depuis, je n’ai pas remis les pieds au cinéma.

Que faire pour un cinéma fermé ?

On règle des choses administratives, de suivi des dispositifs d’État… Les salariés sont chez eux, on en profite pour se mettre d’équerre, pour être à 100 % disponibles à la réouverture.

Quid des films sortis le 11 mars, comme Vivarium ?

Ce sont les premiers touchés, avec ceux du 18 mars. La tendance serait de les continuer. Néanmoins, des “petites sorties”, sur environ 25 écrans en première semaine, ont opté pour la VOD (vidéo à la demande, ndlr).

Ne va-t-il pas y avoir un embouteillage ?

C’est une crainte, d’où les négociations entre producteurs, distributeurs et exploitants pour éviter la loi de la jungle. Il sort une quinzaine de films chaque semaine en France. Mais presque tous les tournages sont arrêtés. Attention à ne pas se retrouver à sec en 2021 !

La chronologie des médias va-t-elle changer ?

Je ne pense pas. Le délai de la salle à la vidéo est descendu à quatre mois en 2009. Bien sûr, cela tend vers zéro. Les pratiques évoluent, Covid-19 ou non.

Mais le public est toujours présent, non ?

2019 a même été en France la plus grosse année depuis 1966 ! Et la meilleure du St-Leu, avec 58 300 entrées. Mais les 15-25 ans vont moins au cinéma, contrairement aux boomers. Qu’en sera-t-il à long terme ?

Ce sera le cinéma à la maison ?

C’est déjà le cas en ce moment (rires). Nous venons d’ailleurs de rejoindre La Toile le 25 mars. C’est une plate-forme de VOD créée en 2017 par une ancienne exploitante.

Cinéma et VOD, n’est-ce pas contradictoire ?

Non, car l’idée est de proposer des films en lien avec la programmation d’un cinéma. Des locations de quarante-huit heures à regarder autant qu’on veut sur n’importe quel support.

Les salles s’y retrouvent ?

Elles reçoivent une partie de la location (généralement 3,99 €, ndlr). Au moment de la transaction, il suffit de choisir “son” cinéma dans une liste.

Qu’y programmez-vous ?

Une douzaine de films et deux cycles : “Big up aux soignants”, avec notamment De Chaque instant de Nicolas Philibert, et “Confinement vôtre”, dont Taxi Téhéran, que Jafar Panahi a réalisé assigné à résidence.

Comment va se passer la réouverture ?

Déjà, quand va-t-elle se passer ? Il n’est pas sûr que le public veuille s’enfermer après des semaines de confinement. Ni que Cannes ait lieu, même en octobre. Le monde d’après reste inconnu.

Et vos 20 ans, en octobre ?

J’aimerais les fêter dignement… En attendant, nous sommes – et resterons – sur La Toile !

//Propos recueillis par Jean-Christophe Fouquet

 

www.la-toile-vod.com/cinemas/cinestleu