Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le Grand Amiénois s’engage pour le climat  © Laurent Rousselin - Amiens Métropole
EN CHIFFRES
Le pôle métropolitain du Grand Amiénois, c’est…
466 communes
8 intercommunalités
385 000 habitants
13 agents installés à Gare-la-Vallée
© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

02.10.2019

JDA 924

« Notre maison brûle… » Mais les 466 communes du Grand Amiénois ne peuvent pas regarder ailleurs. Dix-sept ans après la célèbre phrase de Jacques Chirac prononcée au Sommet de la terre, élus et institutionnels de ce territoire regroupant les huit intercommunalités du centre de la Somme étaient réunis le 26 septembre en séminaire à Amiens pour la première étape du plan climat air énergie territorial (PCAET). Il s’agit d’une stratégie commune quant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’adaptation au changement climatique, la qualité de l’air et le développement des énergies renouvelables. Imposé par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, ce plan a été confié au Pôle métropolitain du Grand Amiénois, ce syndicat mixte né l’an passé, lequel regroupe sur ce territoire mi-urbain mi-rural 385 000 habitants.

 

« PAS DE FRONTÈRES SUR CES ENJEUX »
« Ce bassin de vie nous a semblé être l’échelle la plus pertinente pour régler ces problématiques environnementales, estime Alain Gest, le président du Pôle métropolitain. On ne peut pas tracer de frontières sur ces enjeux. » L’agriculture, le transport, le chauffage sont ciblés, « c’est-à-dire des enjeux qui touchent aussi le pouvoir d’achat », analyse Alain Gest, critique vis-à-vis d’une écologie anxiogène. « Nous ne partons pas d’une feuille blanche. Des choses ont été faites », dit-il, citant « les 43 bus électriques du réseau amiénois lancés en mai, la station d’épuration d’Ambonne ou la dernière inaugurée à Longueau ».

 

LE DÉBOUCHÉ VOLTAÏQUE
L’élu mise sur les panneaux voltaïques – « on a raté les débouchés en termes d’emplois avec l’éolien » – et sur la méthanisation. Amiens avait été pionnier au niveau mondial dès 1988 avec ce procédé de traitement des déchets : les matières organiques sont dégradées par une bactérie, ce qui génère un gaz alimentant une chaudière et des moteurs produisant de l’électricité. En février 2020, le pôle métropolitain énoncera ses “dix commandements” pour le climat : « Un plan d’actions en commun, à l’échelle des 466 communes, auquel chaque intercommunalité devra apporter sa contribution », résume son directeur, Frédérique Charley. Alain Gest abonde, convaincu que ce plan va « structurer le territoire en lui conférant un supplément d’attractivité ».

//Antoine Caux

 

La paille, ce filon

Le Pôle métropolitain du Grand Amiénois veut promouvoir et développer la filière paille dans la construction. Un travail mené avec la chambre d’agriculture, la Région, l’Ademe et le centre de développement des éco-entreprises (CD2E). Elle peut en effet être valorisée dans l’isolation des bâtiments. La paille locale ne servant pas à nourrir le bétail part actuellement en Belgique qui a développé cette filière. Amiens organisera la Journée régionale de la paille le 12 décembre.